« Duolingo », le petit hibou vert est-il vraiment fun ?



Après quelques mois passés à utiliser cette application désormais populaire, et en l’ayant testée pour différentes langues, je souhaitais partager avec vous mon avis sur Duolingo; cette application dont la réputation n’est décidément plus à faire. 


« Trois points principaux autour du petit hibou vert»

D’un point de vue globale, le premier constat sera sans aucun doute relatif à l’écart manifeste entre les différentes langues proposées.


En effet, et en se basant sur le fait que vous choisissiez l’anglais comme langue de référence, on ne peut que constater une différence de contenu importante entre les différentes langues intégrées à cette application : un nombre de modules très variable, la présence pour certaines langues uniquement de reconnaissance vocale, des phrases et un vocabulaire plus ou moins utiles dans certaines langues (et même, potentiellement, certaines erreurs sur le plan grammatical notamment).  
Par ailleurs, et conformément à ce que nous avons pu postuler précédemment, il est vrai que le choix des langues s’en trouvera relativement limité pour peu que vous ne choisissiez pas l’anglais en tant que langue de référence. Bien que cela soit compréhensible en soi, cela ne pourra que laisser un goût amer dans la bouche de certain qui ne disposeront donc pas de la possibilité de découvrir une langue plus éloignée du français par exemple

Enfin, comment aborder cette application sans mentionner sa totale gratuité ? Nous n’allons pas nous le cacher, le rapport entre l’ensemble du contenu disponible sur cette application et la gratuité de celle-ci est, indubitablement, un énorme point fort pour cette application. Toutefois, en étant honnête, nous savons parfaitement bien qu’un outil totalement gratuit pourra aussi poser quelques limites dans le fond comme dans la forme de son contenu. Néanmoins, il me semble important de profiter de ces premières lignes afin de reconnaître et de saluer le véritable travail fourni par les développeurs de Duolingo.

Page d’accueil de « Duolingo » version PC

« La Gamification n’est pas qu’un simple mot »

Ah la « gamification » (ou ludification en bon français) ! Voilà un terme à la mode et qui ne manquera certainement pas de diviser tous les apprenants en langues notamment.


Entre partisans, ennemis et sceptiques, chacun aura finalement son opinion à ce sujet. En ce qui me concerne, je n’éprouve absolument aucun problème vis-à-vis de ce type de méthode bien qu’elle me paraisse, au bout du compte, véritablement limitée. Mais, après-tout, je dirais que l’essentiel sera de s’interroger sur la question suivante : Est-ce que cet outil pourra permettre à certain d’acquérir un ensemble de connaissances/compétences dans une langue ou une autre (sans parler d’atteindre véritablement « un niveau ») ? Si cet objectif n’est pas perdu de vue, alors il me semble que ce type de méthode/outil a le droit d’avoir sa place parmi la pluralité des supports existants, non ?
Toutefois, je dois bien avouer qu’en me penchant de plus en plus sur cette question, je me suis aperçu que beaucoup d’applications tendaient à se réfugier derrière cette « appellation » et ce, quand bien même la réalité de son contenu en serait finalement très éloigné. Que l’on y accorde du crédit ou non, la « gamification » n’est pas une solution magique mais repose bien sur un certain nombre d’éléments qui nous permettrait de postuler l’obtention de possibles résultats quant à l’acquisition et à l’utilisation d’un certain nombre de connaissances…

Le premier axe de la gamification consiste bien en l’élaboration d’une pluralité de (mini) jeux, dans le fond et dans la forme, dans l’optique de transmettre des informations, faits, et autres phénomènes de langues. Nous dirons les choses simplement en mentionnant l’existence du classique « jeux des tuiles » pour l’acquisition d’une somme de vocabulaire par exemple. Nous pouvons aussi parler des jeux du type « suite de 3 » ou même du « quelle image correspond le mieux à cet énoncé ? ». En bref, il s’agit bien de concevoir de véritables jeux servant, en premier lieu, à masquer le principe de l’apprentissage au sens brut (al) du terme.

Le second axe qui restera indispensable pour parler de gamification sera, lui, lié à la mise en pratique de ces même connaissances, via la réutilisation de celles-ci dans d’autres mini-jeux. Toutefois, nous pouvons facilement constater que ceux-ci s’appuieront eux-mêmes sur ce qu’on pourrait dénommer « l’interaction » et plus précisément « l’interaction entre un groupe de joueurs » (plus ou moins large). Car oui, ce sont l’ensemble des outils d’interactions communautaires qui permettront à l’apprenant de mettre en pratique ce qu’il aura appris par ailleurs. Dans cette optique, nous pouvons lister de multiples exemples de features intégrés directement à l’architecture de véritables applications de gamification à l’image de :

  • Un système de récompenses étoffées (cosmétiques, avatars, titres et autres éléments d’affichages à déverrouiller…)
  • Un principe de rivalité entre deux ou plusieurs joueurs clairement affichés (possibilités de parier sur un gagnant…)
  • Des défis et tâches hebdomadaires diversifiées et renouvelé(e)s
  • Des minis-jeux jouables à plusieurs (compétition et/ou coopération)
  • Possibilité de chat en simultané vis-à-vis des jeux en question
  • Profils de joueurs personnalisés pour favoriser les comparaisons entre membres

Il est vrai que cette liste est loin d’être exhaustive mais l’idée est bien de mettre en lumière le principe d’interaction qui s’avère nécessaire afin que les membres puissent être motivés ; aussi bien par rapport à un apprentissage tout juste amorcé que vis-à-vis d’un potentiel maintien de celui-ci dans la durée.

En bref, l’apprentissage via le jeu reposera autant sur les jeux conçus dans leurs diversités que sur ce qui gravite autour desdits jeux.

.

« Duo, ce mignon petit hibou qui ne souhaitait pourtant pas rigoler… »

Eh non, notre très cher petit hibou, lui, n’est vraiment pas là pour s’amuser. Bien au contraire !


En effet, et en y regardant de plus près, on se rend compte que le contenu proposé ressemble à s’y méprendre à nos bons vieux exercices de grammaires situés à la fin d’une leçon ou d’une autre. Tout ce qu’il y a de plus classique en somme…
Après tout, si nous décomposons les différents modules fournis par notre hibou préféré, nous retrouverons alors les désormais tristement légendaires : « fullfill the blank », « Remettez la phrase dans le bon ordre », « Répétez… » ou bien évidement le « Traduisez… » vis-à-vis de phrases isolées (sans contextes particuliers). Nous pourrions aussi rajouter que le contenu proposé est incroyablement répétitif (en terme de lexique et de phrases différentes). Aussi, il s’agira ici de désigner ce contenu en tant qu’exercices de répétitions qui ne manquera donc pas de lasser certains utilisateurs.

Dans le même ordre d’idée, les différents outils d’interactions entre « joueurs » resteront minimes tant ils reposeront sur des outils bienvenus mais véritablement classiques et peu poussés : à l’image du « forum »* (discussion en périphérie des jeux) ou d’un nombre de points hebdomadaires mais sans autres enjeux (et donc potentielle motivation) que le simple plaisir de voir s’afficher un score. Oui, il vous sera possible de contacter d’autres usagers afin de mettre en place une forme de compétition/coopération, mais cela n’aura finalement aucun impact direct sur votre avancée au sein de l’application.  Pour finir, il conviendra de garder à l’esprit que la boutique restera elle aussi très limitée** et que, finalement, elle n’offrira que trop peu d’intérêts en termes de récompenses notamment.

*  certes la version mobile permet de rejoindre un clan mais les interactions y restent malgré tout très limitées.
** un contenu légèrement plus étoffé sera néanmoins présent sur les versions mobiles de l’application.

« Duo, un seul petit hibou mais deux visions »

Pour conclure, et compte-tenu de l’ensemble de ces points, je ne saurais vous recommander véritablement cette application pour peu que vous soyez un vrai adepte de la gamification.

En effet, et après une période de découverte de l’application, les absences d’interactions communautaires poussées ainsi que de réels contenus dits « ludiques » vous feront constater que le contenu proposé ne correspondra que trop peu à votre démarche d’apprentissage par le jeu. À l’heure où de multiples applications de gamification existent sur le marché, il serait plus que regrettable de dépenser du temps pour un contenu qui ne répondra pas vraiment à vos attentes…

En revanche, et personnellement, je me trouve plutôt agréablement surpris par la qualité de cette application ; pour peu, toutefois, qu’on l’appréhende en tant qu’outil compris au sein d’un ensemble beaucoup plus large.

Aussi, et pour celles et ceux qui souhaiteraient apprendre une langue via une méthode plus conventionnelle en autodidacte  (Assimil, Larousse, Harrap’s…), je reste persuadé que cette application pourra facilement trouver sa place et son utilité au sein de votre démarche d’apprentissage globale… À ce propos, je vous propose de nous retrouver dans un prochain article ; ceci afin de faire le point sur les forces et les faiblesses de cette application d’exercices en langues étrangères.


Si ce contenu vous a intéressé, merci d’aimer, suivre et partager afin de que d’autres puissent en bénéficier

Lire la suite de l’article : « Duolingo » : Mon avis détaillé sur l’offre du Hibou.

.

Bon apprentissage à vous,

Matthieu – Rukmal – P

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s