La démotivation : cinq astuces pour s’en sortir et surtout s’en servir…



La démotivation, voilà bien l’un des ennemis fondamentaux de tout apprentissage qui se respecte.  Rien de moins qu’ une véritable épée de Damoclès qui flotte inlassablement au dessus de la tête de n’importe quel apprenant. Toutefois, il est peu dire que celle-ci, dans le cas d’un apprentissage linguistique en autodidacte, peut constituer rien de moins que la pire des compagnes possibles. 


.

Au menu de la démotivation ce soir : procrastination, perte de recul sur ce que l’on est déjà capable de réaliser, stagnation, apprentissage de type « bonne action », ou évidemment le terrible « abandon »…Eh oui, malheureusement au restaurant de Madame Démotivation, nous ne connaissons que trop bien les différents plats qui nous seront proposés. Autant se le dire, la carte ne paraît pas très appétissante. Pourtant quelques astuces vous permettront de ne pas glisser de la démotivation vers l’abandon.

1… 

« Penser à reconsidérer ses objectifs…« 


Voilà le premier constat qu’il me semble primordial de dresser. En effet, et personnellement, je ne connais pas vraiment de gens ayant abandonné l’apprentissage d’une langue au bout de seulement quelques jours mais davantage lorsque qu’un certain laps de temps s’est déjà passé (plusieurs mois en général)…Si ce phénomène me paraît essentiel c’est qu’il dénote souvent une certaine lassitude dans l’apprentissage de la langue visée, que cela passe par le fond de celui-ci ou bien par sa forme.

Paradoxalement, la démotivation occasionnée par plusieurs mois d’apprentissage est souvent liée à une vraie avancée dans la langue apprise et à commencer par l’acquisition de meilleures connaissances dans celle-ci. Car oui en commençant l’apprentissage, nous avons tout à découvrir, et la progression sera, de facto, beaucoup plus rapide. Cette rapidité est toujours appréciable car les résultats se font sentir et assez vite qui plus est. Toutefois, il va sans dire que plus l’on avance dans l’apprentissage moins les résultats deviennent aussi probants et aussi immédiats. D’ailleurs, même dans un niveau de langue  dit pourtant assez faible, on se retrouve déjà confronté à ce phénomène.

Mais en y regardant de plus près, c’est plutôt quelque chose de très positif ou, tout du moins, de potentiellement très constructif. Si la lassitude, plus ou moins liée aux difficultés réelles, commence à vous guetter, il est très certainement temps de refaire un point sur vos objectifs. La raison en revient à cette même avancée qui vous permet d’un peu mieux saisir la réalité de la langue que vous apprenez maintenant depuis plusieurs mois.  Il est évident qu’en avançant vous disposez maintenant d’un meilleur « visu » sur la langue en question et peut-être alors que votre objectif ne correspond plus tout à fait à ce que vous aviez pu vous imaginer dans cette langue au début. 

C’est donc bien l’occasion pour vous de (re)faire un petit bilan général sur vos avancées ceci afin de parfaire la poursuite de votre chemin linguistique. Au programme donc, qui dit nouveaux objectifs, dit, inévitablement, nouveaux outils d’apprentissage et peut-être même nouvelle organisation dans votre manière d’apprendre. Gardons bien en tête que revoir ses objectifs ce n’est pas un échec mais plutôt une manière de les affiner, de les préciser, ceci afin qu’ils puissent toujours évoluer au gré de votre vie et de vos envies.

2

« Penser à revenir sur des leçons apparemment plus « simples »…« 


Eh oui on a tendance à oublier que nous ne pouvons pas toujours apprendre au sens stricte du terme. En effet, apprendre est un état général qui ne peut pas non plus être maintenu en toutes circonstances, 24h/24 et 7 jours sur 7…

Bien au contraire, l’une des clefs si vous vous sentez un peu démotivé c’est aussi de prendre le temps de revenir sur ces choses qui vous semblent déjà acquises. Non seulement revoir n’est jamais une mauvaise option (ne serait-ce que pour consolider, fluidifier et automatiser certains éléments de langues) mais surtout sera temporairement moins difficile que de continuer à foncer tête baissée dans des notions toujours plus difficiles à acquérir. Prendre le temps de souffler ne veux pas dire ne rien réaliser mais veut dire s’accorder du temps où vos neurones, bien qu’en état de marche, ne s’en trouveront pas pour autant en surchauffe.

En outre, n’oublions pas qu’il n’y aura jamais qu’une seule manière de dire quelque chose, et que, bien que le sens d’une phrase peut rester très simple, il y aura toujours des dizaines de manières de l’exprimer. Aussi, revenir vers des leçons antérieures n’est pas régresser mais contribuera plutôt à vous faire travailler votre langue sur le plan qualitatif (nuances, synonymes…); et cela, au bout du compte, n’aura pas de prix tant cela vous permettra de gagner en flexibilité et en expressivité dans votre langue visée.

3

« Penser à changer de langue…« 

L’astuce suivante et d’ordre beaucoup plus générale. En effet, tant par expérience personnelle que par écho, je tenais à souligner l’importance de vous intéresser à d’autres langues que celle(s) que vous apprenez. Alors évidement, dit comme cela, il est possible que vous ne voyiez pas les raisons de procéder de la sorte…

Pourtant, la démotivation peut également et simplement venir d’un effet de type « cocotte minute » dans le sens où il peut s’agir d’un trop plein de la langue visée et de l’apprentissage de cette dernière. A ce titre, il paraîtrait donc assez salutaire de tout simplement penser à faire une sorte de « break ». Mais il n’en est rien car malheureusement faire un break restera trop souvent synonyme d’une étape intermédiaire avant le pur et simple arrêt. D’ailleurs, on observe aisément que plus le break en question sera long moins il sera facile de se remettre à la langue car les derniers souvenirs laissés par celle-ci risquent de devenir de plus en plus associés à de vrais mauvais souvenirs et à de mauvais résultats (les fâchés de l’anglais dit « scolaire » ne nous diront pas le contraire).

Néanmoins, et au lieu de faire un break au sens strict du terme, il me semble opportun de changer de positionnement et le fait de changer temporairement de langue restera un bon moyen de procéder. Outre les éventuels transferts positifs (que j’appelle effets de proximité) que vous serez susceptibles de trouver en vous intéressant à une autre langue (structure de phrase, cas…), c’est surtout que vous vous donnerez l’opportunité de sortir temporairement de cette démarche d’apprentissage en tant que telle. Une démarche d’apprentissage qui en ce moment donc peut vous paraître un peu trop coûteuse. L’idée étant bien de s’offrir comme une bouffée d’oxygène revigorante sur quelques jours qui vous permettra, par la suite, de mieux vous remettre à votre projet initial.

Par ailleurs, l’autre bénéfice de s’intéresser à d’autres langue sera incontestablement de vous faire mieux apprécier (au sens affectif et évaluatif du terme) le niveau que vous avez déjà réussi à atteindre dans votre langue visée ( et rien que pour ce niveau, aussi infime soit-il, toutes mes félicitations). S’intéresser à une autre langue ce n’est pas un abandon c’est bien vous donner un vrai moyen de relativiser sur les difficultés que vous rencontrez là, en ce moment.

4

« Penser au « autour de la langue »…« 


Voila quelque chose de trop souvent mésestimé dans l’apprentissage d’une langue. Le fameux « autour des langues » qui pourtant me semble, au bout du compte faire toute la différence. Rares sont ceux qui apprennent une langue pour le seul fait d’apprendre une langue et bien souvent l’intérêt pour une langue ou une autre n’aura d’égal que l’intérêt pour ce qui gravite autour d’elle.

De ce point de vue-ci, il me semble donc important de toujours rester en contact avec votre langue visée mais sous différentes modalités. La musique, en est un très bon exemple mais, également, tous ces reportages ayant trait au(x) pays dans le(s)quel(s) la langue que vous apprenez est utilisée.

Eh oui voilà l’une des clefs contre la démotivation, le autour des langues, qui passera aussi par le visionnage de différents supports (reportages, biographie, éléments people comme le dernier acteur à la mode…). L’idée étant donc ici de vous saisir de ce formidable outil qu’est internet afin de vous pencher sur tous ces documents qui vous permettront aussi de sortir de vos cahiers d’exercices et autres leçons Assimil par exemple. Il n’est pas rare d’entendre des propos stipulant que regarder un reportage en français ne servirait pas sur le plan linguistique. Pourtant, force est de constater que c’est bien l’inverse qui se produit car, même si le support est dans une langue que vous maîtrisez, vous en apprendrez toujours davantage sur le pays en question. Ceci vous permettra aussi bien de redonner de l’enjeu et de la profondeur à votre apprentissage que de vous fournir toujours quelques éléments de vocabulaire supplémentaire.

Mais l’intérêt principal résidera bien dans le fait de vous procurer une sacré satisfaction lorsque, à titre d’exemple, vous vous rendrez compte que vous réussissez pleinement à lire un des panneaux présents dans une rue filmée dans tel ou tel reportage… Finalement vous vous rendrez sûrement vite compte que vous avez déjà vraiment progressé.

…5…

« Penser à échanger autour de la langue que vous apprenez« 


Enfin, comment ne pas finir par ce qui paraît le plus indispensable en soi : échanger autour de votre apprentissage. Eh oui nous ne nous en cacherons pas, l’un des principaux facteurs de démotivation restera bien souvent l’isolement plus ou moins marqué dans lequel vous risquez de vous sentir à plusieurs moments de votre apprentissage…

Encore une fois, et si tel est le cas, n’hésitez pas une seconde à vous renseigner sur l’ensemble des espaces sur lesquels vous pourriez échanger autour des langues. D’une manière générale ou bien directement en lien avec la langue que vous visez, échanger autour de celle-ci vous permettra bien souvent de regagner en intérêt et en motivation pour continuer à vous améliorer.

D’ailleurs, il est toujours bon de rappeler que de nombreux outils existent (Conversation exchange, Hello talk, Tandem…) pour vous permettre de trouver des natifs avec qui converser. Toutefois, je ne peux que vous conseiller d’utiliser de manière plus globale ce genre d’outils; ceci en changeant les modalités de recherches des différents profils. Avec ces outils, et en y regardant de plus près, il vous sera aussi possible de pouvoir rencontrer d’autres apprenants de la langue que vous visez (apprenants francophones…) et donc également de vous créer votre « petit groupe d’apprenants francophones » de la langue X ou Y. Ceci n’est-il pas beau ?


Comme toujours, si vous avez vos propres astuces pour cette question complexe de la démotivation, n’hésitez pas à les partager via les commentaires de cet article.

De bonnes astuces pour gérer les périodes de démotivation dans son apprentissage #Langues #Motivation #Autodidacte

D’autres astuces pour vous améliorer en langues : « Duolingo : cinq conseils pour mieux s’exercer avec le hibou vert »

Mieux s’organiser : « cinq astuces pour mieux apprendre au quotidien… »

Projets de A1 à C2 : « Les échelles en langues, des faux projets… ?»

Bon courage dans votre apprentissage,

Matthieu – Rukmal – P

8 commentaires

  1. Hello ! Bravo pour ton article très intéressant ! . Nous avons aimé l’idée qu’un sentiment de lassitude est souvent lié à des objectifs qui ne correspondent plus à notre niveau dans la langue car nous nous sommes déjà améliorés ! Nous avons aussi beaucoup apprécié de faire rendre compte que CE N’EST PAS regresser que de revoir des points sur la langue qui semblent plus « simples », mais bien RENFORCER. Attention, il y a quelques petites fautes d’orthographes ( différentS plats, rareS sont ceux ) mais à par ça , ton article est super !

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour ! Merci beaucoup pour le temps pris pour lire cet article ! Je suis ravi que vous soyez d’accord avec ces différents points qui me semblent également primordiaux ! Je reste persuadé qu’un projet est fait également pour évoluer en fonction de ses propres avancées, envies et découvertes. Par ailleurs, merci pour le pointage de ces fautes (une relecture en plus est toujours bonne à prendre). A bientôt sur Langues d’Ailleurs !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s