Tutorat : « Grammaire ou syntaxe, on échange avec des sinophones »



Nous nous retrouvons aujourd’hui pour un article qui me tient particulièrement à cœur. Au-delà même du technico-technique, nous allons tenter de nous pencher sur les questions de grammaire/syntaxe dans le but de faciliter les échanges linguistiques sino-français/ franco-chinois. On s’interrogera donc pour faciliter la compréhension mutuelle, la communication car après tout, qui dit « mieux communiquer » dit aussi « mieux progresser », n’est-ce pas ?


« De la grammaire ou de la syntaxe »

Comment commencer cette future série d’articles sans parler du plus évident pour ce qu’il en va de l’enseignement du français vis-à-vis d’un public sinophone : la fameuse grammaire.


En effet, et pendant plus de deux ans d’échanges linguistiques, il m’est impossible de compter le nombre de fois où j’ai pu entendre/lire un désormais classique pour moi « je n’arrive pas la grammaire ». Si vous suivez le contenu régulier de Langues d’Ailleurs, vous savez probablement déjà que, loin d’être une question anecdotique dans un débat d’académiciens, la question de cette grammaire et de la façon dont on l’utilise dans telle ou telle langue demeurera fondamentale.

S’il est vrai que les apprenants en chinois auront sûrement beaucoup de difficultés dans l’apprentissage de cette langue de par son fonctionnement radicalement différent sur un vaste ensemble de points (dont celui-ci), il sera toujours bon de rappeler que l’inverse sera au moins tout aussi vrai. Eh oui, nos amis sinophones auront probablement autant de difficultés avec nos fameuses grammaires en tant que celles-ci seront basées majoritairement sur la présence de multiples procédés grammaticaux permettant de générer tout un tas d’outils : un principe on ne peut plus éloigné de leurs langues maternelles. En bref, gardons à l’esprit que lorsque l’on parle d’un fonctionnement différent, cela marche tout autant dans un sens que dans l’autre.

« De la grammaire ou de la syntaxe : une vraie question de sens »

S’il est vrai que les outils grammaticaux dont nous avons l’habitude de parler permettent tous un tas de choses (nuances, personnalisations, effets esthétisants…) on aura malheureusement tendance à oublier trop rapidement qu’avant tout cela, ils nous permettront simplement de comprendre le sens premier de ce qui nous est dit.


Les fameux « Qui fait quoi, à qui, avec qui, quand, où et par quel moyen… ». Néanmoins, n’oublions pas non plus que ces différents éléments nous permettront également d’aller jusqu’à nous repérer, presque spatialement, dans la moindre de nos phrases.

A l’inverse, nous pourrions facilement dire que le chinois mandarin, pour permettre ces mêmes choses, ne s’y prendra pas du tout de la même manière tant il mettra l’accent, lui, sur des principes d’agencements des termes, d’ordres de ces derniers au sein d’une phrase donnée… En somme, il faut garder à l’esprit que le sens de la moindre phrase en mandarin découlera en majeure partie de la position des différents termes dans cette dernière.

C’est ainsi que le fait de comprendre ces mêmes « qui fait quoi…» nécessitera principalement de la part de l’apprenant en chinois une assimilation des diverses règles d’ordre syntaxique. En effet, les éléments grammaticaux sur lesquels nous avons par trop l’habitude de nous appuyer dans un vaste ensemble de langues seront pour la plupart aux abonnés absents de la moindre phrase réelle en chinois. S’ils existent en soi ils ne seront tout simplement que trop peu utilisés concrètement dans une phrase en mandarin. C’est d’ailleurs, à mon humble avis, LA difficulté majeure qu’il convient de retenir quant à l’apprentissage spécifique de cette langue.

Résumons simplement les choses :

« 今天晚上一样的地方见 » signifiera donc « Je te verrai / on se verra ce soir au même endroit » et non pas « Ce soir, je verrai un endroit identique ».

Eh non, effectivement le chinois, langue on ne peut plus économe, ne reposera pas sur une grammaire au sens où nous l’entendons (outils grammaticaux et procédés se matérialisant dans des phrases diverses) afin de donner le sens premier à ce qui est formulé.  Malheureusement pour les apprenants de cette langue qui se verront donc enlever tout autant d’éléments importants afin d’être en mesure de comprendre, plus ou moins spontanément, ce même premier sens.

Poursuivons un peu :

今天晚上一样的地方见   pour

Ce soir, je te verrai au même endroit

Tonight, I will see you at the same place

Por esa noche, me voy a verte en el mismo lugar

Comme vous l’aurez compris, en mandarin vous pouvez dire globalement adieux à tous ces outils que vous ne connaissez que trop bien (désinences, suffixes pré/postpositions et autres accords en tout genre). Ces mêmes éléments qui ne pourront donc que trop peu vous servir afin de comprendre* ce qui est formulé, ou bien, beaucoup plus vicieux dirons-nous, vous faire comprendre une véritable autre phrase, ayant du sens en soi, mais n’étant pas ce que votre interlocuteur souhaite véritablement exprimer.

*A ce sujet vous pouvez également consulter l’article : A2 Chinois : »Attention…le piège de la grammaire ! »

« Du chinois vers le français cela donne quoi ? »

Après ce bref récapitulatif, il convient à présent de revenir sur le sujet du jour à savoir : Et pour les apprenants sinophones désireux d’apprendre une langue comme le français cela donne quoi ?


Évidemment, et comme l’on pouvait s’en douter, les écarts de syntaxes majeures que nous avons l’habitude de réaliser dans nos langues (sans même trop s’en rendre compte d’ailleurs) peuvent être particulièrement difficiles à saisir pour nos amis de langue maternelle chinoise. Il est vrai que pour n’importe quelle langue, gérer des écarts (notamment syntaxiques) sera toujours relativement complexe mais ce principe me semble d’autant plus important pour nos amis sinophones tant leur langue maternelle ne comprend pas autant d’écarts comparativement aux nôtres. En bref, gageons que les écarts syntaxiques pourront certainement très largement dépasser le seul fait du non moins important mais désormais classique « Langue formelle VS Langue d’usage ». Eh oui, il sera toujours bon de rappeler que tous ces fameux petits outils (suffixes, désinences et autres prépositions en tout genre) avec lesquels certains peuvent nous bassiner, nous permettent entre autres choses, de comprendre spontanément le sens premier de ce qui nous est dit tant ils permettent d’éviter à tous un tas d’ambigüités vis-à-vis de ce dernier de voir le jour.

Par ailleurs, j’ai pu également observer qu’en plus de tout ce que nous avons pu précédemment souligner, le tout pouvait également se compliquer par quelque chose que l’on oublie trop souvent : la ponctuation. En effet, force est de constater que la ponctuation en chinois mandarin, bien qu’existante, n’est pas vraiment utilisée (exception faite du simple point « . » par exemple). Autant se le dire, et même si pour nous cela peut nous paraître comme on ne peut plus normal, automatique plutôt, il n’est cependant pas dit que « tous ces petits signes » qui ne semblent pas payer de mine, ne poseront finalement pas de réels soucis supplémentaires à vos différents interlocuteurs sinophones par exemple.

Tutorat : « Adapter sa façon de parler pour faciliter la progression. »

Le but de cet article sera bien évidemment de faciliter, de fluidifier au mieux, vos futurs échanges linguistiques. Cet article me tenait à cœur car il tente de mettre en lumière quelque chose sur lequel nous n’avons pas l’habitude de parler. Car qui dit grammaire dit bien souvent débat à la *** n’est-ce pas ?!


Avec ces quelques lignes j’espère vous avoir montré que, loin de ces débats académiques, il était primordial de s’interroger plus spécifiquement sur tel ou tel aspect d’une langue (jusque dans sa grammaire donc) tant cela pouvait poser, au bout du compte, de vraies difficultés de compréhension/production. De véritables difficultés susceptibles de naître bien avant les bien trop classiques concours de « richesses », « étoffements », « précisions » et autres « qualités de nuances/esthétismes » de telle ou telle langue… Sur cela, tout le monde disposera sûrement de son propre avis et ceci ne sera pas plus mal non ?!

Bien au contraire, il s’agira donc, ici, de trouver un moyen de s’exprimer en usant d’une langue qui soit au plus proche du français que nous utilisons tous les jours mais sans pour autant prendre le risque de tomber rapidement dans un autre type d’excès sur fond de syntaxe très alambiquée couplée souvent avec pléthores de termes d’argot/ en verlan par exemple. Comme vous l’aurez compris la permissivité syntaxique dont nous faisons incontestablement preuve dans nos langues restera, généralement, particulièrement plus complexe à appréhender pour des personnes de langues maternelles comme le chinois par exemple.

Loin de moi ne serait-ce que l’idée de vous dire que cela sera forcément le cas tant, effectivement, l’apprentissage d’une langue comprendra toujours une forte dose d’individualité ; mais il me semble que garder cela en tête vaut vraiment le coup. Effectivement, bien avoir conscience de cette différence fondamentale dans ce qui octroie son sens premier à la phrase (en français comparativement au chinois par exemple) vous permettra, je l’espère, d’adapter aussi votre niveau de français, votre façon de parler afin de rester toujours au plus proche d’une démarche progressive pour ce qu’il en va de l’amélioration en continu de vos différents partenaires d’échanges linguistiques. Aussi, et que cela soit pour vous-même, vos ami(e)s, conjoint(e)s, tutoré(e)s voire même élèves / étudiant(e)s, j’espère sincèrement que cet article contribuera à améliorer vos futurs échanges.


Si cet article vous a intéressé, n’hésitez pas à suivre et à partager ce contenu afin que d’autres puissent également en bénéficier.

Un article intéressant pour faciliter les échanges linguistiques franco-chinois #FLE #Mandarin #Tutorat

Bon apprentissage à vous,

Matthieu – Rukmal – P

Un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s