|FILM| La grande muraille : « Un film de divertissement mais pas que…»



Sur Langues d’Ailleurs, nous sommes toujours prêts à aller rechercher pour vous de nouveaux supports pour optimiser votre apprentissage. Aujourd’hui, on se penche donc sur le cas d’un film de divertissement made in China : La grande muraille. Mais que pourrait donc bien vous apporter ce film dans votre apprentissage du chinois mandarin ? On en parle !


« Un point sur l’histoire mais…sans spoilers »


Au programme du jour donc, on s’en ira suivre les aventures d’un certain William Garin (Matt Damon), un mercenaire et combattant à l’arc plutôt talentueux et offrant ses services précisément au plus offrant. William Garin accompagné de ces compagnons d’armes décide de se rendre en Chine puisque des rumeurs, plus que sérieuses, affirment que les chinois disposeraient d’un nouvel outil particulièrement puissant et, de ce fait, ayant des chances de se revendre à prix d’or : la fameuse poudre noire. Une poudre permettant notamment de concevoir des explosifs, pistolets et autres armes à feu en tout genre.
« On notera de suite que dans une époque où l’on combat massivement à l’arc, aux épées et aux lances, disposer d’un fusil restera, évidemment, un avantage non négligeable. ☻« 

Notre joyeuse bande de lurons décidera donc de se rendre immédiatement en Chine afin de récupérer le précieux mais, malheureusement, ils verront leur voyage entravé autant par différentes tribus sauvages que par le manque de provisions en lui-même. Ceci étant, et pour ne rien arranger, le petit groupe se fera également attaqué par une créature étrange dont William arrivera finalement à se défaire sans même comprendre véritablement comment. Après quelques échanges relativement houleux au sein du petit groupe, William et son proche acolyte premier (Pedro Pascal) décideront malgré tout de continuer le périple jusqu’à finir par tomber devant la porte principale de la fameuse grande muraille et de ses défenseurs.
« On notera que même en étant littéralement perdus, ils arriveront comme par hasard, pile devant la porte principale ; ça c’est du bol non ?! ☻« 

L’intrépide et avide duo se fera alors capturer par l’armée chinoise et s’entamera alors nombre de péripéties reposant autant sur les explications liées à l’existence de ces différentes créatures (les Tao Tei) qu’à la découverte par William de cette gigantesque et impressionnante armée chinoise ; une armée d’ailleurs très haute en couleurs. Effectivement, très vite sera introduite l’autre personnage principal du récit, la commandante Lin Mae (Jing Tian), qui, cerise sur le gâteau, sera capable de s’exprimer en anglais dans le texte. Commenceront alors de véritables échanges entre les deux personnages principaux sur fond de découverte « interculturelle » et qui engendreront évidement, du côté de l’ami William, une forme de tiraillement entre la raison première de sa venue et la découverte progressive de cette autre culture.
 » Sur ce point nous allons y revenir plus tard ne vous inquiétez pas ! « 

« Des visuels et un traitement de l’image de très bonne facture« 

IMAGE : https://www.journaldugeek.com/critique/critique-la-grande-muraille/

Visuellement parlant, il est clair que cela sent la grosse production

IMAGE : https://www.journaldugeek.com/critique/critique-la-grande-muraille/


Sur le plan de l’image, on ne va pas se le cacher, ce film est plutôt assez époustouflant. Qu’il s’agisse des décors en eux-mêmes, des costumes ou bien des différentes chorégraphies liées aux diverses scènes d’actions, si vous voulez du spectacle vous en trouverez sans aucun doute. Par ailleurs, il est clair que le nombre de figurants présents à l’écran a de quoi être impressionnant tout comme évidement la fameuse grande muraille en elle-même.

Nous parlions plus haut des couleurs qui, bien présentes, seront utilisées notamment afin de rendre compte de la fonction de chaque corps différent de l’armée chinoise. Ceci donnera lieu à certains plans particulièrement bien composés dénotant une forme de gigantisme certain afin de rendre compte d’un certain et voulu grandiose.
De plus, et en rajoutant divers procédés à l’image des transitions en tâche d’encre, on obtient clairement, ici, un résultat très marqué visuellement et qui, probablement, vous marquera par la même occasion. Dans le même ordre d’idée, on notera que les effets spéciaux sont clairement bien utilisés et il n’est pas peu dire que certains plans en deviendront, de fait, encore plus marquant ; un constat qui certaines fois nous amènerait même à parler de quelque chose de très proche d‘un tableau. D’ailleurs, mention spéciale à deux scènes de ce film dans lesquels l’on assistera à une « envolée » de quelques choses (pas de spoils) qui, visuellement parlant, ne manqueront pas de faire leur petit effet.

Toutefois, et nous ne nous en cacherons pas, si ce film nous a particulièrement marqué sur Langues d’Ailleurs c’est bien, avant toute chose, pour la raison suivante : l’intérêt de ses dialogues.

« Des dialogues plutôt peaufinés… »


Alors là on va commencer à attaquer le lourd. En effet, et pour peu que vous regardiez le film en VO (nous vous le recommandons d’ailleurs), vous vous rendrez surement compte d’un travail assez soigné concernant les dialogues. Non pas que ceux-ci soient réellement mémorables en soi mais bien parce que les choix dans la création de ceux-ci sont plutôt intéressants et bien menés.
En effet, et comme nous l’avons évoqué, William et ses compères parleront entre eux et tout au long du film un anglais US typique. Outre les termes relativement vulgaires à l’image des nombreux « shitty something » par exemple, on notera surtout la présence d’un anglais US bourré de contractions en tout genre, et d’une manière générale, usant d’un registre assez familier ; malgré le fait que l’on restera dans un film qui se voudra grand public bien entendu. À cela rien d’étonnant car cela permet de plutôt bien parvenir à caractériser ce petit groupe de personnages de mercenaires, sans foi ni loi, et relativement vulgaire qui plus est. Mais il est clair que cela permet également de bien transiger, de bien contraster avec les moments mettant en scènes les différents protagonistes chinois

Effectivement, la commandante Lin Mae, sachant aussi parler en anglais dans la diégèse de ce film, usera, elle, d’un anglais beaucoup plus lissé, beaucoup plus académique rendant compte autant du fait que cela ne soit pas véritablement une langue qu’elle maîtrise grandement autant que du fait d’une langue qui permet, en tout premier lieu, de pouvoir communiquer ici avec des étrangers. Aussi, il sera très intéressant de constater l’omniprésence des jolis « would, could… » en laissant donc, et comme vous l’aurez compris, toute forme d’argot, de contractions linguistiques de côté ; un constat d’autant plus prononcé vis-à-vis de tout ce qui aurait trait à une forme de familiarité bien sûr. Il est d’ailleurs plutôt bien vu d’avoir fait en sorte que William change littéralement sa façon de s’exprimer lorsqu’il s’adresse à cet autre personnage notamment. En l’état, nous dirons que les différents changements de registres sur le plan des dialogues restent plutôt simples en soi quoique terriblement efficace pour le coup !

Enfin, il est intéressant d’observer que la Commandante Lin Mae disposera également d’un accent chinois typique lorsque celle-ci s’exprimera en anglais et qui permettra de contribuer à renforcer ce genre de décalage, de distance entre les deux protagonistes notamment ; ceci participant donc, de fait et plutôt finement, à un renforcement général vis-à-vis de la thématique de la rencontre entre deux étrangers issusde deux cultures différentes. Ceci s’en trouvera être d’autant plus vrai que, du côté chinois, un autre personnage parviendra aussi à s’exprimer en anglais mais que, de par son statut plus ou moins d’érudit, celui-ci n’aura pas d’accent aussi marqué que le personnage incarné par Jing Tian. Même si sur ce point, nous vous l’accordons, nous ne savons pas si cela vient des acteurs eux-mêmes ou bien d’une demande concrète de la part du réalisateur par exemple.

En bref, nous avons vraiment beaucoup aimé le fait que les dialogues essayent, en eux-mêmes, de renforcer cette thématique de la rencontre entre deux cultures. Autant dans le fond ils ne seront clairement pas mémorables autant dans la forme c’est clairement bien joué !

« La grande muraille : le point Langues »

Avec tout cela vous aurez aussi le droit à des scènes en chinois mandarin

请告诉我们如果你们可以听得懂这个电影吗?

Image : https://www.cinezik.org/critiques/affcritique.php?titre=grande-muraille


Vous l’aurez surement deviné, mais si nous vous parlons de ce film c’est aussi qu’il comportera un certain nombre de petites scènes directement en chinois mandarin dans le texte. Car oui, dans la grande muraille, les échanges dans une autre langue (ici en 普通话 donc) ne seront pas seulement l’affaire d’une ligne ou deux plus ou moins planquées dans les méandres d’une micro-scène. Bien au contraire, vous aurez le droit régulièrement à des petits échanges, assez courts mais assez réguliers pour le coup, en mandarin entre les différents protagonistes chinois.

Voilà donc une bonne occasion pour vous d’écouter du chinois mandarin si vous êtes apprenants de cette langue avec des modalités de visionnage assez intéressantes. En effet, qui dit production audio-visuelle chinoise dit aussi certains gimmicks de réalisations. Parmi ceux-ci on retrouvera évidement le sous-titrage automatique des dialogues directement en 汉字 et donc une occasion parfaite pour vous de vous exercer autant à écouter qu’à lire. Par ailleurs, le fait que ces scènes soient relativement courtes mais qu’elles reviennent tout au long du film sera plutôt intéressant car nécessitera moins d’endurance et vous permettra évidement de souffler (voir même d’exercer vos aptitudes en changement de langue par exemple). Bien sûr nous vous recommandons de ne pas regarder ce film en version sous-titré au risque de ne pas avoir à véritablement lire les sous-titres en chinois (on vous a vu venir ☺). En somme un bon petit film de divertissement mais qui vous permettra tout de même de vous confronter à un peu de chinois mandarin. Intéressant non ?!

Au passage cela sera évidement une bonne occasion de glaner quelques mots de vocabulaire, que vos pourrez d’ailleurs très certainement réutiliser par la suite tant vous serez susceptibles de les retrouver dans beaucoup de films/ séries de type médiéval fantastique chinois. D’ailleurs..

♦ Challenge ♦ Dans ce film, vous pourrez régulièrement entendre un terme en chinois permettant de s’adresser à quelqu’un de « plus haut placé » dans ce genre de background. L’avez-vous trouvé ?! Si oui, mettez-le dans les commentaires de cet article ; et, bien entendu, dîtes nous ce que vous avez pensé du film !


Si cet article vous a intéressé, merci de suivre, aimer et partager afin que d’autres puissent en bénéficier.

Image : https://jcsatanas.fr/la-grande-muraille-film-aventure/
Réalisateur : Yimou Zhang | Titre en VO : The Great Wall | Année de production : 2016 | Distributeur : Universal Pictures |

Bon visionnage & bon apprentissage,     

Matthieu – Rukmal – P

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s