Compréhension orale : « les difficultés liées aux audio des méthodes »



En compréhension orale, il ne suffit vraiment pas de grand-chose pour que l’on ne comprenne pas réellement un ensemble de phrases donné. Une multitude de petits détails, liés aux ressources en tant que telles, peuvent aussi venir parasiter l’écoute et, de ce fait, engendrer de vraies difficultés supplémentaires. Alors, audio pédagogique, certes, mais qu’entends-t-on par cela finalement ? On en parle !


« Les audio des méthodes : un contenu vraiment supplémentaire »

Les audio de méthodes sont généralement une transcription fidèle de leurs pendants écrits


Commençons par évoquer le fait qu’à l’exception de certaines méthodes totalement auditives, la majorité des méthodes d’apprentissages sera essentiellement basée sur la présence d’un ou plusieurs manuels pivots. Si ce constat est on ne peut plus important c’est bien parce qu’il implique que l’audio en question sera, ni plus ni moins, que la transcription orale du contenu initialement pensé pour être appréhender à l’écrit donc ; une sorte de complément non négligeable mais véritablement complémentaire pour le coup. Dès lors, il s’agira bien de garder en tête que cet audio sera donc bien soumis au texte initial et ce, jusqu’à afficher certaines fois un style relevant également de l’écrit dans telle ou telle langue.

À titre d’exemple, on pourrait citer l’absence d’émotionalité vraiment très marquée mais sans caricatures, les enchaînements de phrases allant pratiquement systématiquement jusqu’au point final (sans interruption donc), le fait de privilégier l’utilisation d’une structure plus ou moins savante mais plus ou moins fréquente également ou bien même le fait de très rarement mettre en scène des dialogues reposant sur plus de deux personnages à la fois. À cette liste loin d’être exhaustive, on pensera également à tous les sons de l’environnement ayant plus ou moins d’impact sur l’écoute de tel ou tel apprenant ; entendons par là les bruits de klaxons, une musique de fond ou tout ce qui pourrait avoir trait, de près ou de loin, à une forme de brouhaha plus ou moins ambiant.

Autant se le dire, on serait donc en droit de penser que l’audio pédagogique serait clairement plus accessible, pour ne pas dire plus simple, que des ressources plus authentiques tant les différentes modalités d’écoutes s’en trouvent être simplifiées, et certaines fois au plus haut point d’ailleurs. Pourtant, force est de constater qu’il n’en est rien et que l’audio pédagogique peut souvent être au moins aussi ardu à appréhender comparativement à son homologue qui serait, lui, plus authentique.

En bref, l’audio pédagogique n’est pas forcément aussi simple que ce que l’on pourrait croire de prime abord. Ni réellement plus difficile ni véritablement plus simple, nous dirons qu’il ne repose clairement pas sur les mêmes choses, qu’il n’est pas créé dans les mêmes buts. D’accord, mais cela veut dire quoi ?

« Les audio des méthodes : une amélioration technique plus définie »

Des ressources faites pour une amélioration au sens « technico-technique » du terme


À l’image de leurs supports écrits, le but de l’audio pédagogique est avant toute chose l’assimilation technique d’un certains nombres d’éléments de langues ; plus ou moins complexes d’ailleurs. Si la progression en tant que telle fait souvent l’objet d’une étude particulière, il est néanmoins fondamental que de bien garder cela en tête. L’idée étant que chaque leçon en sera bien une et qu’à ce titre elle sera aussi ponctuée par beaucoup de réelles nouveautés.

C’est ainsi qu’à l’image des leçons WTF made in Assimil à l’écrit, une leçon sera souvent l’occasion de se confronter avec structures, lexiques, conjugaisons, effet de syntaxes… et tout cela en une fois bien entendu. Au programme donc, peu de repères sur lesquels s’appuyer au sens strict du terme tant chaque leçon d’une méthode tendra à vous faire travailler une véritable montagne de nouveaux aspects vis-à-vis de la langue que vous apprenez actuellement. Eh oui, il est vrai qu’entamer une nouvelle leçon audio dans beaucoup de méthode c’est souvent assimilable à pratiquement oublier la précédente ; tant, dans les faits, il peut arriver que l’on se demande vraiment ce qu’elles auraient véritablement en commun.

Par ailleurs, on notera aussi que les contenus proposés restent en général peu propices à l’assimilation d’aspects jugés secondaires en compréhension orale. En tête de liste, on citera surtout les propos permettant d’interagir avec votre interlocuteur car permettant de reprendre et de rebondir sur ce que ce dernier aurait pu exprimer auparavant.
Idem pour ce qu’il en va des interjections en tout genre ou même des écarts en termes de phonologies liés, par exemple, aux « pleurs » dans la voix, ou même à l’énervement qui, pourtant, peuvent aller jusqu’à modifier grandement le rendu acoustique d’une langue ou d’un autre. Déformations des sons (tristesse) ou augmentation soudaine du rythme d’élocution (colère) ne sont évidement que des exemples assez classiques mais pourtant au combien véridique de tout ce qui participera, finalement, d’une « bonne compréhension orale ».   

En bref, l’audio pédagogique à pour principal objectif de dire les choses de la « meilleure » manière possible. Progressivement, certes, mais en général cela passera prioritairement par l’utilisation de lexique et de structures de plus en plus complexes donc. On pourrait même aller jusqu’à affirmer que : le sens et l’utilité de ce qui est dit aura, ici, nettement moins d’importance que la manière de le dire.

« Audio pédagogique : d’autres repères pour des difficultés spécifiques »

Pour comprendre l’audio pédagogique, on ne s’appuie pas sur les mêmes choses


Comme vous l’aurez compris, comprendre un contenu audio pédagogique ne nécessite finalement pas les mêmes choses qu’ailleurs. Si nous évoquions les fameux « tremblements dans la voix » c’est bien parce que tous ces phénomènes de l’oral, dès lors que l’on s’y habitue, permettront de se repérer dans telle ou telle phrase ; ou du moins de faciliter la compréhension de la phrase en question. À titre d’exemple, si les pleurs dans la voix modifieront plus ou moins grandement le/les son(s) prononcés, il est clair que, dans le même temps, le rythme de la phrase s’en trouvera, lui, être beaucoup moins rapide qu’à l’accoutumée…

À dire vrai, il s‘agit d’ailleurs bien de la différence la plus notable ; à savoir celle du rythme de ce que vous entendez.  Effectivement, et à l’inverse de nos séries TV, l’audio pédagogique se veut par définition très structuré, très lisse, ceci afin de pouvoir précisément mettre en avant certains éléments d’une langue en les faisant littéralement ressortir d’avec le reste de la phrase. Les emphases seront donc souvent placées sur les éléments les plus importants de la leçon donnée et que ceux-ci aient trait, finalement, à un nouveau temps, une nouvelle structure type (hypothèse, modaux…) ou bien aux procédés syntaxiques consistant à rejeter tel terme en fin de phrase par exemple. Autant se le dire donc, les audio de méthodes ne se baseront que très peu sur le sens et les raisons motivant ce qui veut être exprimé, lui préférant les outils qui permettront de le faire. Il n’est donc rien d’étonnant à ce qu’il soit même difficile, certaine fois, de les mettre en lien avec son projet d’apprentissage.

Si en général l’on pense bien évidement à l’absence de contexte (ou d’un contexte relativement pauvre) c’est malheureusement risquer d’oublier un peu trop ces autres difficultés pourtant bien existantes elles aussi. Aussi il s’agit de ne pas mésestimer la réelle densité d’informations plus ou moins nouvelles que l’on vous propose d’un coup d’un seul et touchant plusieurs aspects à la fois pas plus que la présence d’un rythme plus structuré qui empêche aussi de pouvoir « souffler » un peu. Souffler un peu disions-nous car, avec l’audio pédagogique, vous ne pourrez que très peu vous appuyer sur tous un tas de récurrences (tournures, lexiques d’usage, idiomatiques…) dans la langue que vous apprenez actuellement. Effectivement, et pour résumer les choses nous dirons que tous les repères sur lesquels vous pouvez vous appuyer dans d’autres contextes d’écoutes (progressivement et avec l’habitude bien entendu) seront soit aux abonnés absents soit très diminués pour et par l’exercice au sens pédagogique du terme.

En bref, ne dramatisez surtout pas si vous éprouvez de réelles difficultés avec l’audio pédagogique. Même si vous vous améliorez sur la compréhension de ressources authentiques, les réalités dans la conception des supports pédagogiques impliquent aussi des difficultés spécifiques et qu’il faut prendre en compte. Autrement dit, il s’agit là encore d’une véritable question de progression alors ne lâchez rien !

Et vous alors ?! Éprouvez-vous des difficultés spécifiques en compréhension orale ?! Dîtes-nous tout dans les commentaires de cet article.


Si cet article vous a intéressé, merci de nous suivre, aimer et partager afin que d’autres puissent en bénéficier.

Audio pédagogique et audio authentique, ce n’est pas la même chose ! #Langues #Apprentissage #Autodidacte #Compréhension

Bon apprentissage à vous,

Matthieu – Rukmal – P

6 commentaires

  1. L’audio des méthodes crée des fondations utiles et lissées pour une première étape. Il faut s’avoir ensuite compléter avec du vrai parlé, celui de la rue. Yabla, par sa variété, est une excellente ressource et application pour s’entraîner à tous les accents, tournures et vitesses. L’audio des méthodes dépend aussi de la qualité de la langue à prononcer ce que l’on lit. L’allemand excelle dans l’exercice et l’anglais est l’une des plus pourries au monde dans ce domaine…

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Xequeo et merci beaucoup pour votre commentaire très instructif !
      Effectivement, ce genre de matériel peut être une vraie bonne étape dans les premiers temps et nul doute qu’il sera nécessaire de compléter par la suite avec de l’audio plus authentique. Néanmoins, la raison de cet article est avant tout de souligner et de prévenir sur les difficultés rencontrées lorsque l’on s’est habitué à d’autres types de ressources audio… et que l’on doit, pour continuer à progresser, revenir sur du matériel plus pédagogique. Le genre de difficultés dont on fait en général peu mention mais qui existe aussi et peuvent décourager également.
      Merci pour l’information très utile sur Yabla que je ne connaissais pas, je vais me pencher sur la question.
      | Langues d’Ailleurs |

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s