Production en langue : « Imiter ou s’inspirer ? »



Le fait d’imiter tel ou tel support dans l’apprentissage d’une ou de plusieurs langues est un élément intéressant voire même fondamental par bien des aspects. Toutefois, le fait de rechercher consciemment l’imitation peut s’avérer assez contre-productif pour votre progression ! Alors, faut-il limiter l’imitation ?! On en parle !


« L’imitation dans l’apprentissage des langues ? »

L’imitation fait toujours un peu partie de l’apprentissage


Il est clair que l’imitation dans l’apprentissage des langues est une notion assez fondamentale tant elle surgira forcément, et plus d’une fois, durant ce très vaste parcours. Désormais, il va sans dire que celle-ci a acquis ces lettres de noblesses tant elle s’inscrit parfaitement bien au sein des méthodes de type « talkative approach ». D’ordinaire, le but est relativement clair : s’appuyer entre autres choses sur le fait d’imiter un natif, un professeur, un coach ou un autre support pédagogique quelconque ; ceci, afin d’améliorer aisance et expressivité.

Nous le formulions déjà mais il est certain que l’imitation à son rôle à jouer dans le processus d’apprentissage et que l’on parle finalement de supports réels ou virtuels. À ce titre, et pour le plus évident, nous dirons que le travail sur la phonologie de la langue s’y prête plutôt bien. Qu’il s’agisse de s’améliorer vis-à-vis d’un son plus difficile à prononcer ou n’existant pas dans les langues maitrisées ou bien, plus généralement, des questions liées aux différents accents, il est clair que l’imitation a ses vertus et ses utilités fonction de ce que l’on cherche précisément à améliorer; à l’image de sa compréhension orale par exemple. D’ailleurs, nous noterons que la majorité des applications usant de la reconnaissance vocale demanderont déjà de répéter le plus fidèlement possible un audio (lui-même plus ou moins conséquent) et qu’à ce titre, elles aussi s’appuient sur ce principe d’imitation.

De la même manière, on pourrait aussi affirmer que le fait d’aller jusqu’à repérer puis répéter nombres de structures récurrentes, plus ou moins idiomatiques, s’appuieraient aussi sur ce même principe d’imitation. Entendons par là qu’il s’agirait donc, ici, de reproduire fidèlement, grammaticalement et syntaxiquement parlant, les us et coutumes dans les façons similaires qu’auraient les natifs pour exprimer ceci ou cela…Idem pour ce qu’il en va des différents tics de langages jusque d’ailleurs dans le choix d’accents ; à l’image du « Madri[d] / Madri[z] » par exemple. Autant se le dire, quoique pour des raisons finalement extrêmement diverses, l’imitation aura toujours une incidence et une certaine importance dans le processus d’apprentissage ; et notamment en langues évidement.

En bref, l’imitation fait partie intégrante du processus d’apprentissage et sur bien des aspects en même temps. Toutefois, et d’une manière générale, l’imitation n’est pas forcément à privilégier et à rechercher car elle ne doit pas vous faire perdre de vue votre future expression à vous.

« Améliorer son expression c’est aussi limiter l’imitation »

Limiter ou l’imiter…telle est la question !


Vous l’aurez compris, si l’imitation reste un classique de tout apprentissage qui se respecte, il convient néanmoins de la prendre avec certaines pincettes tout de même ; de conserver une forme de distance d’avec le phénomène en question. En effet, force est de constater que rechercher l’imitation d’untel ou de tel autre, n’est pas sans rappeler le principe de la recherche de la ressource « miracle » ; au sens de celle sur laquelle l’on pourrait s’appuyer en toute circonstance. L’imitation a malheureusement souvent tendance à renforcer une forme de passivité dans l’apprentissage en cherchant à mettre l’apprenant en situation de seul réceptacle ; quand bien même l’on parlerait pourtant de son propre apprentissage.

Comme nous l’avons mentionné plus haut, l’imitation sur nombres de points (quoique relativement précis tout de même) deviendra un outil incontestablement intéressant. Un véritable outil afin de faciliter l’acquisition et la pratique de la langue mises en perspective, toutefois, de véritables difficultés, de difficultés réellement éprouvées pour le coup. À l’inverse, il ne faut pas forcément attendre de l’imitation un réel gain en expressivité, bien au contraire. L’expressivité se mesure aussi aux choix que vous ferez dans la future mise en mots de telle ou telle idée, de tel ou tel mot, de tel ou tel propos. Un principe de plus en plus oublié car le fait est qu’aisance et expression ne relèvent pas véritablement des mêmes choses.

Effectivement, il va sans dire que l’imitation pourra satisfaire les uns ou les autres en termes d’aisance mécanique dans la langue visée du point de vue, précisément, de la spontanéité et de la fluidité de ce qui est formulé. Rien d’étonnant à cela dans la mesure où l’imitation s’appuiera, en première instance, sur des récurrences véritablement plus que récurrentes ; ceci allant même jusqu’à ce que l’on puisse parler de « répéter les mêmes choses à l’infini ». Le grand principe de répétition fait donc, ici, son retour en force tant, effectivement, on ne le répétera jamais assez : répéter restera bien l’une des Clefs.   
Néanmoins, sur le plan de l’expression, l’imitation sera davantage à relativiser donc. En effet, chercher à imiter systématiquement aura surtout tendance à vous limiter en termes de façons de dire ceci ou cela ; jusqu’à même, certaines fois, vous freiner rien que dans le fait de vous risquer à formuler les choses un tantinet différemment. Dès lors, qu’il s’agisse de votre amélioration « technique et qualitative » générale ou de la personnalisation de ce que vous dîtes, le risque sera surtout de rester enfermé, de stagner en quelque sorte, en venant véritablement casser la progression de votre niveau de langue ; dans le fond et dans la forme.      

En bref, l’aisance et l’expression ne repose pas forcément sur les mêmes choses. Si l’aisance dans la langue visée peut sérieusement se développer grâce au procédé d’imitation, l’expression, elle, nécessitera surtout des efforts quant au fait d’aller chercher ses mots, ses phrases, ses façons de dire.

« Pour une meilleure implication : S’inspirer plus qu’imiter »

Le but est bien que vous puissiez vous exprimer !


On ne va pas s’en cacher, au bout du compte, l’objectif sera bien souvent que vous puissiez utiliser telle ou telle langue afin de pouvoir exprimer ce dont vous avez envie. Si ce constat s’applique bien volontiers au fond du propos en question il ne doit pas nous faire oublier que cela s’appliqu(era) aussi vis-à-vis de la forme de ce qui est/sera formulé. Alors, finalement, autant commencer la chose au plus tôt, non ?!

À ce titre, il n’est pas surprenant que beaucoup, dont nous, recommandent d’aller chercher, au plus tôt, ses propres mots. Littéralement certaines fois. Ceci afin de pouvoir s’exprimer le plus rapidement possible d’une manière la plus personnelle qui soit. Les connecteurs en tout genre (en effet, sinon, en plus…) et du lexique plus spécifique sont d’ailleurs d’excellents exemples car vous permettront aussi bien de commencer très tôt à structurer et à rebondir dans vos divers échanges qu’à personnaliser toujours davantage vos différentes discussions. Entendons par là, que votre niveau actuel ne doit pas vous empêcher de rester dans cette démarche d’appropriation grandissante.


Aussi, le point essentiel restera donc d’aller rechercher de vous-même toutes ces petites choses qui vous permettront de commencer à formuler les choses en restant au plus proche de votre manière usuelle de vous exprimer.Pour cela, il va sans dire que s’écouter produire dans une ou plusieurs langues maîtrisées en essayant de repérer certaines récurrences évidemment, constituera, sans aucun doute, un très bon point de départ.
En la matière, on pourrait également parler de la recherche de lexique y compris dans le lexique dit basique. En effet, et même sur ce dernier, cela nécessitera sûrement que vous fassiez déjà un certain tri parmi tous ces termes pourtant réputés « basiques ». Un principe qui deviendra cependant primordial pour le lexique lié à vos divers centres d’intérêts ; celui-là même qui, même en tant que débutant, sera un peu plus complexe à appréhender tout en restant, évidemment, on ne peut plus utile pour vous.

En bref, l’imitation et ses diverses utilités ne doit pas venir entraver le rapport personnel à la langue que vous apprenez. Il s’agira davantage de s’appuyer sciemment sur l’imitation pour s’améliorer sur des difficultés relativement définies tout en conservant également une démarche personnelle ; jusque dans l’expression donc. Chercher à s’inspirer plus qu’à imiter c’est aussi mieux s’impliquer dans son propre apprentissage.

Et vous alors ?! Cherchez-vous plutôt l’imitation ou la personnalisation dans votre production en langue ?! Dîtes-nous tout dans les commentaires de cet article.


Si cet article vous a intéressé, merci de nous suivre, aimer et partager afin que d’autres puissent en bénéficier.

L’imitation dans l’apprentissage des langues ne fait pas tout ! #Langues #Autodidacte #Progression #Imitation

Bon apprentissage à vous,

Matthieu – Rukmal – P

5 commentaires

  1. Il faut apprendre à construire pour communiquer. L’imitation n’est qu’un outil initial… À L’oral, la répétition de phrases par coeur, proposée par de nombreuses applications digitales, voir la quasi totalité, ne permet pas de réellement communiquer mais éventuellement de répondre à un besoin limité et immédiat (achat d’un billet de train à l’étranger par exemple). Ne pas se satisfaire donc de l’imitation!

    Aimé par 1 personne

    1. Bien d’accord avec votre commentaire ! Trop rester dans l’imitation c’est, au bout du compte, risquer de sérieuses déconvenues lorsque les besoins en communication dépassent le seul fait de l’élémentaire et de la survie !
      Merci beaucoup pour avoir pris le temps de commenter et d’apporter vos informations complémentaires !
      | Langues d’Ailleurs |

      J'aime

  2. D’accord aussi. L’imitation est un excellent support, souvent rassurant mais elle génère effectivement une passivité au niveau de l’apprentissage d’une part et surtout elle est pour moi un leurre: elle a un peu l’effet de la lecture globale prônée un temps en CP. Elle donne l’illusion de savoir s’exprimer mais chacun des mots de la phrase n’est finalement pas (com)pris individuellement (verbe, nom, adjectif? Sa place? Sa fonction?) et devient inutilisable pour une autre production. Merci pour cet article intéressant.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Guéno et ravi que cet article vous plaise ! Effectivement l’imitation génère souvent une forme de déconvenue par la suite; lorsque les propos commencent à se complexifier et/ou à s’écarter de ceux répétés plus ou moins en « boucle »…
      Merci pour avoir pris le temps de commenter et d’apporter vos remarques complémentaires !
      | Langues d’Ailleurs |

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s