Regarder des séries en VO : « 3 bons mauvais réflexes à repousser pour progresser »



Aujourd’hui on prend le temps de parler de pratiques de visionnage pour ce qu’il en va de nos fameuses séries TV. Autant dans le fond que dans le contexte de visionnage, regarder des séries TV pour s’améliorer en langues nécessite certains efforts pour y parvenir. Alors, ces trois vrais bons mauvais réflexes avec les séries en VO cela veut dire quoi ? On en parle !  


Au fait, que mange-t-on ce soir ? Une série et…?»

Croustillant pour les papilles mais pour les oreilles pas vraiment


Comment ne pas entamer cet article sans mentionner le plus alléchant : la nourriture. Effectivement, il va sans dire que le fait de regarder des séries en VO est souvent associé à une activité de plaisir et de divertissement. Bien que ceci demeure amplement vrai, le fait est que cela ne doit pas nous faire oublier l’objectif d’une réelle amélioration dans la langue donnée. Or, et qui dit série dit aussi une fâcheuse tendance à sortir le bon vieux de paquet de chips, non ?

Malheureusement, notre bon vieux paquet de chips ne sera pas d’une grande aide dans ce cas de figure précis car, effectivement, les chips cela croustille et même beaucoup. Concrètement, débuter le visionnage de séries en VO sera souvent un exercice assez délicat ; et notamment de par la rapidité des dialogues ainsi qu’une phonologie elle-même altérée par tous un tas de phénomènes prosodiques et autres bruits ambiants notamment. Autant se le dire, si vous débutez en compréhension orale dans telle ou telle langue, l’exercice sera suffisamment délicat en soi et donc il n’est certainement pas nécessaire de se rajouter une difficulté supplémentaire.

Autant se le dire, grignoter pendant le visionnage chips et assimilé aura pour principale conséquence de venir compliquer bien souvent un vrai travail d’exercice de l’oreille ; et, plus largement, de l’accoutumance d’avec « la mélodie » de la langue donnée. Encore une fois, être débutant dans une langue c’est aussi savoir adapter l’utilisation de telle ou telle ressource à son propre niveau afin que celle-ci puisse servir une véritable progression.

En bref, il convient de faire attention à ce que vous mangez lors du visionnage de vos séries préférées sous peine de vous compliquer beaucoup la tâche du point de vue de votre amélioration en compréhension orale notamment. Visionner une série pour s’améliorer nécessitera toujours quelques efforts dans le visionnage en question.

.

« Tranquille et posé : j’adore mon canapé ! »

Troquer le canapé contre une chaise, cela peut vraiment aider


Comment ne pas évoquer l’autre tendance majeure que nous avons pratiquement tous lors du visionnage de ces chers TV Shows : le sofa. On ne va pas s’en cacher, regarder une série TV tout en étant affalé sur son canapé, pour beaucoup, cela n’a pas de prix ; et gageons d’ailleurs que rien que cela reflète particulièrement bien l’aspect de divertissement et de détente qui, inévitablement, auront une tendance à accompagner les différents visionnages.

Toutefois, et même si l’on peut légitimement comprendre cela, il conviendra bien de préciser que le visionnage d’une série en mode canapé ne sera pas forcément propice à une bonne concentration vis-à-vis de tous les dialogues écrits par tel ou tel showrunner ; bien au contraire même. Nous dirons que rajouter un mode détente à une activité qui, de base, le sera déjà plus qu’une leçon en tant que telle cela sera sûrement un peu trop. Aussi, il est clair que visionner des séries loin du canapé ou du sofa permettra bien souvent de se mettre dans un état d’esprit plus propice à l’amélioration en langues.  Effectivement, la bonne vieille chaise de bureau, inévitablement moins confortable que son homologue de salon, deviendra ici un allié précieux pour ne pas trop se laisser tenter quant à un visionnage un peu trop à la « cool »; et donc favorisant un visionnage plus efficace.

Dans le même ordre d’idée, qui dit chaise dit bien souvent table ou même bureau. Loin d’être anecdotique car, même s’il est tout à fait possible de conserver à côté de soi un petit calepin tout en étant confortablement installé sur son sofa, il est vrai qu’une table ou un bureau permettra de disposer de toutes ses différentes ressources d’apprentissages au même endroit ; et donc de pouvoir, le cas échéant, s’y référer beaucoup plus facilement et rapidement. Néanmoins, précisons aussi qu’au-delà même de se référer à tel ou tel support, il sera de toute façon beaucoup plus aisé de prendre quelques notes et autres annotations assis (moins confortablement certes) à votre bureau par exemple.

En bref, utiliser des séries TV pour s’améliorer en langues nécessite aussi des pratiques de visionnages un tant soit peu différentes de l’ordinaire ; ne serait-ce que pour éviter la trop grande tentation d’un visionnage de type : défilement d’image.

.

« À la fin de l’épisode : il y a le générique »

À la fin d’un épisode, ce n’est peut-être pas encore tout à fait fini !


Nous poursuivrons à présent avec ce qui sera certainement le plus complexe à appréhender lors de l’utilisation des séries dans son apprentissage en langues : la fameuse question de la prise de note… Sur ce point il va sans dire qu’il y aura un sacré débat. En effet, là ou beaucoup conseilleront de référencer le maximum de choses lors de ses différents visionnages, nous serons, nous, plus réservés quant à l’application de ce genre de réflexes ; un réflexe qui nous semble un peu trop scolaire certaines fois.
Effectivement, et a fortiori en tant que débutant, l’objectif des séries et autres ressources authentiques sera avant tout une affaire de compréhension globale. Le but étant moins de tout comprendre que de parvenir à le faire, précisément, malgré les lacunes et autres imperfections sur le plan linguistique notamment. Dès lors, qu’il s’agisse de lexique plus ou moins spécifique ou bien d’écarts en tout genre comparativement à la langue des manuels, regarder des séries doit rester un temps de pratique concrète de la langue (en compréhension certes) beaucoup plus qu’un exercice pédagogique-pédagogique ; pour celui-ci rendez-vous avec vos différents supports pédagogiques à l’image de notre cher Assimil.

Par expérience et par écho, nous avons d’ailleurs pu constater que l’excès de référencement lors de visionnages de séries entretenait bien souvent les apprenants dans cette logique du « sans fautes » et, de ce fait, de la compréhension au sens absolue du terme. Une logique qui malheureusement s’avèrera bien souvent contre-productive pour une véritable progression car l’objectif est avant tout de saisir du sens plus que des mots précis ; en dehors des niveaux de langue beaucoup plus avancés évidemment.    
Afin de compléter ce point, nous dirons également que le visionnage des séries sera, linguistiquement parlant cette fois, une occasion parfaite pour appréhender tout un tas de récurrences dans la langue visée. Aussi, il s’agira souvent de mettre l’accent sur des tournures, des amorces et du lexique récurent au gré des différents épisodes de tel ou tel programme. Ceci constituant donc un premier filtre lexcial important quant au principe de référencement et de recherche systématique du moindre terme entendu.

Toutefois, là où les choses se compliqueront c’est précisément lorsqu’il s’agira d’éviter le fameux « défilement d’images » tant, à l’inverse, ne prendre aucune note durant ses visionnages aura une tendance à vous faire littéralement stagner dans votre amélioration. À titre d’illustration, personnellement, je ne vais rechercher le sens d’un terme isolé que lorsque que je l’entends plusieurs fois sur plusieurs épisodes d’affilé ou bien au moins trois fois au sein d’un même un épisode. Pourquoi cela ? Simplement car ce type de « repères » s’appuiera autant sur une certaine récurrence du terme donné qu’il assurera une meilleure ré-employabilité par rapport au terme en question ; quoique sur ce point on a toujours quelques surprises évidement.

En bref, la prise de note et la recherche du moindre détail ne doit pas vous faire passer à côté de l’exercice de compréhension globale d’un visionnage de séries. Néanmoins, il va sans dire qu’il conviendra d’en retirer systématiquement quelque chose à la fin de chaque visionnage. Toutefois, et sur ce point précis, c’est bien à vous de savoir véritablement quoi tout en adaptant progressivement vos pratiques de visionnages.

.

« Trois vrais bons mauvais réflexes : c’est-à dire ? »

Trois pratiques essentielles pour favoriser le sentiment de progression


Vous l’aurez sûrement deviné mais si nous avons choisi de mettre en avant ces trois points parmi bien d’autres c’est précisément parce que ceux-ci seront amenés à évoluer, positivement, avec le temps et la persévérance lors de vos différents visionnages ; tout en restant très simples à mettre en place initialement. Effectivement, nous ne savons que trop bien que la progression et le sentiment de progression ne sont pas toujours identiques et que malgré les avancées plus ou moins techniques, il peut être assez difficile, certaines fois, de se sentir véritablement progresser dans son apprentissage.

À ce titre, et passé quelques mois de visionnages actifs, nul doute que vous serez désormais en mesure de manger votre paquet de chips préféré car vous serez « suffisamment » habitué à la phonologie/prosodie de la langue visée pour pouvoir y parvenir ; entendu par-là, sans que cela vienne rajouter véritablement une difficulté supplémentaire au niveau de votre compréhension. De la même manière, les efforts de concentration nécessaires pour ne pas perdre entièrement le fil d’un dialogue donné seront forcément de moins en moins importants jusqu’à vous permettre, peut-être, de retrouver des visionnages en mode « canapé » et assimilé. Enfin, la prise de note et autre recherche lexicale par exemple, seront également diminuées par l’assimilation de toutes ses récurrences de plus en plus acquises donc. Encore que sur ce point, cela dépendra évidement de votre projet personnel et du niveau de langue que vous souhaiteriez atteindre en bout de course.

Autant se le dire, ces différents points vous permettront également et progressivement de constater de vous-même une véritable évolution dans votre niveau de langue actuelle, dans vos différentes aptitudes. De vraies possibilités de mesurer, de se donner à voir une avancée concrète vis-à-vis de ce qu’il y a encore quelques mois vous n’auriez certainement pas été en mesure de réaliser. Le genre d’indicateurs concrets qui favorisera grandement votre sentiment de progression autant pour ce qu’il en va du visionnage de séries en tant que telles que, certainement, pour votre niveau de langue au sens plus large de ce dernier.

En bref, les ressources authentiques dont les séries TV demeurent autant des exercices et des temps de pratiques de la langue visée que de véritables objectifs à part entière. L’idée étant, et comme toujours, de parvenir aussi à apprécier ce que vous êtes capables de réaliser ainsi que l’évolution positive de vos différentes aptitudes.

Et vous alors ?! Utilisez-vous des séries dans votre apprentissage en langues ?! Si oui comment vous y prenez-vous ? Dîtes-nous tout dans les commentaires de cet article.


Si cet article vous a intéressé, merci de nous suivre, aimer et partager afin que d’autres puissent en bénéficier.

Comment mieux utiliser les séries TV dans son apprentissage les langues ? # Langues #Autodidacte #Séries #Tvshows #VO


Bon apprentissage à vous,

Matthieu – Rukmal – P

4 commentaires

  1. J’ai trois attitudes pour le visionnage de séries étrangères (gros consommateur):
    La première est l’usage systématique de sous-titrages pour le plaisir de les regarder et découvrir d’autres cultures. Point.
    La seconde est l’usage d’un outil avec transcription et traduction + flashcard de vocabulaire ou une flopée d’autres fonctions pour vraiment apprendre à des niveaux élémentaires avec répétitions et arrêts fréquents comme les véhicules de la poste. Sans cela, c’est un coup d’épée dans l’eau ou une frustration assurée. J’utilise l’outil Yabla (attention les séries sont des morceaux de séries, je vais souvent chercher le complément sur le web) pour plusieurs langues à cet usage: https://labdeslangues.blog/2016/06/13/yabla-un-site-branche-sur-la-vraie-vie/
    Enfin un travail de l’écoute et de la compréhension sans outils seulement à partir d’un niveau C1 voir B2 au grand minimum selon la série (mais sous-titrages lus, si existants, à l’occasion pour les idomatisme).

    Les identifiants de connexion WordPress.com / Gravatar.com sont utilisables.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Xequeo et merci pour votre commentaire !
      Ravi que vous ayez partagé votre méthode que l’on sent de suite progressive vis-à-vis des séries TV. Comme quoi on a tous notre façon de s’y prendre ! Personnellement je suis plutôt partisan du full audio dès le début (moyennant accompagnement de ressources pédagogique néanmoins) encore que cela va dépendre grandement des langues et des projets. Bien vu pour Yabla qui peut être un bon compromis comparativement aux séries entières.
      Merci pour votre commentaire très instructif.
      | Langues d’Ailleurs |

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s