Regarder des séries en VO : « Médiéval et médiéval fantastique »



Nous continuons cette série d’articles afin de nous intéresser de plus près à ce médium si particulier : les séries TV. Comme promis, type de séries après type de séries, nous vous proposons de zoomer avec nous sur les éléments les plus intéressants pour votre bonne progression en langues. Au programme du jour, le médiéval (fantastique). On en parle !


« Le narrateur, une voix pas si accessoire que cela »

.

La voix off, pour l’immersion du spectateur mais pas uniquement


Comment commencer cet article sans mettre en avant ce qui, très souvent, sera visible dès les premières images de ce type de séries : la présence d’un narrateur. Effectivement, il n’est pas rare d’entamer une série du genre avec une classique introduction du background par une voix off dans le but de poser, de manière claire et précise, le contexte de l’intrigue à venir mais, surtout, de transmettre au spectateur les grands contours de tel ou tel univers.

C’est ainsi que le spectateur pourra être en mesure d’entendre des propos, formulés souvent de manière plus complexe qu’à l’accoutumée. Entendons par là, que cela sera souvent l’occasion de se confronter à un texte un poil plus « technique » tout de même ; et notamment pour ce qu’il en va de la présence des différents temps du passé (avec une bonne dose de concordance en prime). Effectivement, nous dirons que les interventions du narrateur seront souvent synonymes de propos plus soignés dans le fond et dans la forme, comparativement aux dialogues des différents personnages eux-mêmes. Outre les temps et un style en général un poil plus littéraire on notera aussi la présence de lexique assez spécifique voire même, certaines fois, qualifiable d’assez original.

Néanmoins, et malgré un petit rehaussage de la difficulté dans le texte en lui-même, on notera également que le narrateur dispose souvent d’un rythme, d’un débit de paroles beaucoup plus lent qu’à la normale. Rien d’étonnant à cela car cela permet de faire passer l’aspect profond et impactant du background donné en appuyant et en accentuant certains mots par exemple. Toutefois, et comme vous l’aurez deviné, il va sans dire qu’un texte un peu plus poussé dans la forme tout en étant plutôt « lent » dans l’élocution restera plutôt intéressant pour nous autres apprenants en langues. Il s’agit clairement d’une difficulté bien présente sans en devenir exagérée pour autant ; même si, sur ce point, cela dépendra grandement de votre niveau actuel évidement.

En bref, la présence du narrateur dans ce type de séries restera un sacré avantage pour l’amélioration de sa compréhension. Autant par les questions de fond que de forme, les propos formulés par une voix-off sont souvent un bon compromis entre défi et accessibilité (niveaux intermédiaires notamment).

« L’intrigue et les personnages : on charge au cœur du récit ! »

POOOOOOOUR L’EMPEREEEEEEEEUUUUUR !!!!!


On ne va pas s’en cacher, qui dit médiéval ou médiéval fantastique dit très souvent scènes de batailles en tout genre. Un grand classique de ce type de contenus qui, s’il fait partie intégrante de l’histoire en cours, aura, pour nous, au moins une autre vertu. Effectivement, et un peu à l’image des mini-jeux présents dans les talk-shows, on pourra noter que ces scènes de batailles jalonnant l’ensemble du récit (et plus ou moins présentes dans chaque épisode) auront le méritent de fournir quelques moments de répits dans cette large épreuve de compréhension.
En effet, nul doute que maintenir son attention durant 40 minutes en moyenne ne se fera pas du jour au lendemain et d’autant plus avec un niveau de langues qui serait vraiment en cours de construction. Autant se le dire, la présence très récurrente de ce type de scènes n’est en rien anecdotique tant, après tout, elle aura le mérite de vous faire vous reposer un peu les méninges. D’ailleurs, gageons que : lorsque les personnages combattent, l’apprenant, lui, se prélasse !

Au niveau des dialogues des personnages, il est clair que, majoritairement, ceux-ci seront conçus afin de faciliter l’ancrage dans une temporalité passée. Même si ce constat est un peu moins vrai lorsque le fantastique débarque, on ne peut que préciser que les dialogues seront en général beaucoup plus complexes à appréhender en raison du côté clairement peu usuel dans les diverses façons de s’exprimer. Nous avons déjà mentionné le fait du lexique un peu spécifique mais, à présent, nous parlerons davantage de la façon de se positionner, sémantiquement parlant, des différents personnages tant il est vrai que les dialogues feront la part belle aux divers titres de noblesses, marqueurs de politesses en tout genre et autres particules honorifiques par exemple.

Dans le même ordre d’idée, on peut aussi constater que les personnages centraux seront souvent et littéralement en quête de quelque chose. Loin d’être anecdotique tant beaucoup de scènes s’appuieront de fait, précisément, sur l’expression des motivations du ou des personnages, et de l’évolution de ces dernières fonctions des évolutions du récit et des péripéties en tant que telles. On ne va pas s’en cacher, les bien classiques modaux (obligations, possibilités, conseils…) et autres moyens d’exprimer les différentes opinions/ressentis seront bien présents en masse dans la conception des dialogues de ce type de séries permettant donc de s’y confronter de manière on ne peut plus régulière.

En bref, si les dialogues de ce type de séries restent majoritairement plus complexes, ils ne sont pas dépourvus d’intérêts tant ils mettent l’accent plus régulièrement et de manière plus prononcée sur des aspects essentiels de la langue donnée. Ces mêmes aspects bien moins récurrents dans d’autres types de séries. Oui mais…

« Pour une image, un proverbe, un dicton ou une métaphore de plus : les points de vigilance !»

.

« Comme disait le vent lorsque celui-ci murmurait délicatement à l’oreille du temps… 

… ? »


Malheureusement pour les différents apprenants, ce type de séries sera souvent sujette à caution sur le plan de la ré-employabilité ; et ce, contrairement aux séries contemporaines par exemple. Effectivement, et en dehors du lexique assez particulier qui a peu de chance d’être vraiment réutiliser en dehors, on notera également une forte propension à retrouver des dialogues souvent assez imagés (médiéval fantastique surtout). Dès lors qu’il s’agisse de dictons, de proverbes et autres analogies, il va sans dire qu’il y a encore moins de chance pour que cela serve un apprenant en langues et notamment pour ce qu’il en va, par la suite, de la production. En outre, il est évident que la compréhension de la série en question s’en trouvera déjà être beaucoup plus ardue, précisément, de par la présence massive de ce genre de propos et de formulations.

Par ailleurs, on observera assez souvent que ce type de séries mettra en scène davantage de personnages à l’écran. Des personnages certaines fois hauts en couleurs car fortement caractérisés tantôt par les différents costumes portés tantôt par les diverses façons qu’ils auront de s’exprimer. Néanmoins, principe de quête et de périple oblige, beaucoup de ces personnages secondaires ne seront, au bout du compte, présents que peu de temps au sein de ce type de séries ; jusqu’à même pouvoir en dire que chaque épisode verra doté de son lot de nouveaux personnages plus ou moins éphémères donc. Une fois de plus, ceci sera loin d’être anecdotique tant cela risquera de rendre l’habituation certainement encore plus difficile qu’elle ne pourrait l’être à l’accoutumée.

Comme vous l’aurez compris, le principal problème de ce type de séries renverra bien au fait d’une accessibilité moindre pour des débutants ou des faux débutants. La réalité des différents dialogues dans le fond et dans la forme, couplée à une ré-employabilité moindre rendra le visionnage (sur le plan seulement linguistique) peu recommandable car trop peu propice à une amélioration notable ; ceci autant en compréhension qu’en production d’ailleurs. Il est clair que, le cas échéant, ce type de séries devra avant tout s’appréhender comme de l’exposition, une source de motivation potentielle mais beaucoup moins comme relevant d’un support « semi-pédagogique ».

En bref, ce type de séries sera davantage à mettre en les mains d’apprenants plus avancés ou bien à servir l’apprenant sur le plan motivationnel et/ou sur celui de la découverte. Aussi, et si le visionnage vous apparaît particulièrement frustrant : pas de panique car cela restera amplement normal. Malgré tout, et comme toujours, bon visionnage !

Et vous alors ?! Regardez-vous ce type de séries et les trouver vous utiles pour votre amélioration ?! Dîtes-nous tout dans les commentaires de cet article !


Si cet article vous a intéressé, merci de nous suivre, aimer et partager afin que d’autres puissent en bénéficier

Les séries médiévales utiles pour s’améliorer en langues ? #Séries #VO #Ressources #Autodidacte

Bon apprentissage à vous,

Matthieu – Rukmal – P

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s