|Compréhension| Format Bilingue « attention à la traduction par ciblage »


Le format bilingue constitue globalement un bon intermédiaire en permettant de rendre plus accessible la lecture en VO. Toutefois, ce support comporte quelques difficultés pouvant aussi compliquer son utilisation. Alors, les problèmes notamment liés à la traduction par ciblage cela signifie quoi ? On en parle !


« La traduction par ciblage, qu’est-ce que c’est ? »

.

Du sens beaucoup plus que des mots !


Au cœur de la conception et de l’utilité d’un ouvrage bilingue se trouvera bien entendu le fait de la traduction en elle-même. Si cette dernière aura le mérite incontestable de rendre accessible la lecture de tel ou tel texte, de tel ou tel roman pour un lecteur étranger à la langue d’origine, elle ne s’affranchira néanmoins que trop peu de certains problèmes inhérents à l’exercice même de traduction

D’ordinaire, on opposera classiquement deux grandes façons de mener l’exercice de traduction via la distinction entre traduction dite « sourcière » ou bien « cibliste ». D’une manière générale, la traduction sourcière se propose de rester accolé au plus proche du texte d’origine à traduire. L’exigence demeurera surtout dans la restitution la plus fidèle possible d’un texte en VO donné. Dès lors, le fond et la forme du propos à traduire seront aussi fidèlement que possible proches du texte source en veillant à respecter également  les divers éléments de langues tels que les termes utilisés (lexique), les tournures de phrases (syntaxe), les verbes/temps choisit par l’auteur à la base (conjugaison)…

À l’inverse, la traduction par ciblage accordera plus d’importance à l’endroit du texte produit dans le sens où celui-ci se devra précisément de restituer le sens global du texte d’origine. Dès lors, et jusqu’à la stylistique même, le texte traduit (en français pour nous) ne sera pas exempt de modifications en tout genre dans l’optique que ce dernier puisse, vis-à-vis de la langue et de la culture française, restituer le meilleur propos possible. À ce titre, et fonction de ces mêmes écarts, il n’est d’ailleurs pas rare d’entendre que la traduction cibliste serait plutôt affaire de « reproduction » plutôt que de « traduction ».  

En bref, les multiples écarts présents entre le texte d’origine et sa traduction peuvent aussi s’expliquer par un certain nombre de véritables choix menés par le traducteur lui-même.

.

« La traduction par ciblage, les difficultés pédagogiques »

.

Quand il n’y a pas, il n’y a pas !


Si la distinction et certainement le débat qui s’en suit tient sûrement une certaine place dans le milieu des traducteurs en langues, il s’agira surtout pour nous, ici, d’en apprécier les impacts pour ce qu’il en va de l’apprentissage d’une ou de plusieurs langues. Effectivement, là où les divergences de points de vues et de démarches permettront certainement de réaliser des traductions mettant en avant ce que chacun estimera important, nous ne saurions nous empêcher de rappeler que le format bilingue sera bien utilisé autant par des lecteurs que par des apprenants en langues.

Aussi, et du point de vue de l’apprentissage, il est clair que la traduction cibliste restera souvent peu propice pour l’acquisition et l’assimilation de divers éléments de langues. Entendons par là que les trop nombreux écarts existants entre le texte en VO et sa future traduction entraîneront, de facto, une non-présentation quasi systématique d’une quantité d’informations très importante. Des informations ayant trait à diverses facettes de la langue visée, qui plus est. Potentiellement trop importante pour être négligée donc.
En effet, si les mots « carottes », « concombre » et « haricots » se trouvent remplacés par un terme comme « légumes » afin de mieux coller au sens général ainsi qu’à l’allure du texte en français, on ne s’étonnera en revanche certainement pas du fait que ces trois mêmes termes n’auront absolument aucune chance d’être retenus par tel ou tel apprenant. Effectivement, là où le lecteur pourra trouver un accès à la phrase de l’œuvre en question, l’apprenant, lui, se verra enlever la possibilité d’assimiler trois termes particuliers. Idem pour ce qu’il en va de tournures de phrases, ou de structures diverses et variées…vous avez bien compris le principe. 

En outre, on observera aisément que la traduction réalisée au seul fait de privilégier le sens du futur texte traduit comportera une grande limite : celle de la ré-employabilité. Par essence, la traduction qui se reposera sur le sens général de telle ou telle phrase n’aura que peu de chance de fournir des informations réutilisables en dehors de l’œuvre en question ; question de contexte justement… Un constat bien entendu augmenté par l’ajout, en fonction de l’œuvre, de l’aspect « langue de l’écrit » disposant certaines fois d’un statut déjà clairement bien (trop) stylisé au sein de la traduction française.

En bref, la traduction par ciblage  ne semble que très peu servir l’apprentissage en langues et notamment pour des niveaux débutants et intermédiaires. Certes, mais appliqué au format bilingue cela donne quoi ?

« La traduction par ciblage, au niveau du support »

.

Malheureusement, le ciblage n’est pas ciblé !


Voilà l’une des premières difficultés liées au format bilingue qui, comme vous l’aurez compris, résultera du fait que ce dernier n’affichera en aucun cas le fait de se reposer sur une traduction qui serait cibliste. En d’autres termes, et à moins s’en rendre compte par soi-même, c’est bien le genre d’indications qui pourra cruellement venir à manquer pour des apprenants en langues ; afin que ces derniers puissent s’orienter, le plus possible, vers des ressources les plus optimales pour ce qu’il en va de leur progression en langues évidement.

En revanche, par expérience et par écho, on se rend également compte que la difficulté, déjà bien compréhensible, s’en trouve être exacerbée par le fait qu’un support bilingue (romans…) ne sera pas forcément entièrement traduit via telle ou telle forme. Comprenez ici que, sur une page donnée, une phrase ou un paragraphe pourra avoir été traduite en arborant, d’un coup d’un seul, l’autre approche que celle adoptée dans la majorité de l’œuvre en question.  Les raisons de cette variabilité sont au combien multiples mais, à titre d’exemple, nous citerons les classiques limites d’espace utilisable sur la page, problème dans la coupure des mots (changements de page), changement dans la forme sur le plan du texte initial plus ou moins soudain (lettres, dialogues…)…

Autant pour des questions de fond, de forme et le tout dans un format donné, la traduction donnée sera donc, de base, relativement variable et nécessitera du lecteur apprenant qu’il conserve ces éléments là dans son esprit sous peine de risquer de se faire avoir par la présence en nombre de ces derniers.   

En bref, rien que la traduction par ciblage couplée aux variations du texte d’origine aboutit déjà à une traduction dont le rendu aura de quoi sérieusement perturber un apprenant en langues.

.

  « La traduction par ciblage, pour les apprenants »

.

Vigilance pour ne pas subir sa lecture en VO !

Vous l’aurez sûrement déjà compris mais la réalité de la conception des formats bilingues peut à elle seule poser de sérieuses difficultés pour des apprenants en langues. Avec un niveau de langues en construction, il est vrai que certains pourraient être amenés à abandonner trop rapidement ces fameux supports pour des raisons évidentes de démotivation et de découragements dans l’entreprise de la lecture en VO. Trop rapidement disions-nous car cela est aussi oublier que les supports bilingues, tout intéressants qu’ils puissent être, n’en demeurent pas moins des traductions de ressources authentiques. À ce titre, les formats bilingues sont avant tout des ressources destinées à des lecteurs et non spécifiquement conçues et donc adaptées totalement à des apprenants en langues.

Aussi, et même avec la modalité bilingue, il sera clairement nécessaire de sortir du mot à mot et même du phrase par phrase. Pour les raisons évoquées plus haut, il vous incombera de faire la part des choses entre une phrase/paragraphe sur lequel il conviendrait d’insister ou bien, à l’inverse, qu’il s’agirait en réalité de laisser en suspens pour le moment. Effectivement, ressource authentique oblige, les causes de certaines incompréhensions pourront être finalement assez éloignées de la réalité de votre propre niveau de langue actuel ; et donc ne sauraient être appréhendés comme seuls témoins de vos capacités actuelles et en devenir.

Nous espérons avec cet article avoir réussi à porter à votre attention un aspect du format bilingue trop souvent négligé et qui, s’il n’en devient pas la source de purs et simples abandons, a trop souvent tendance à bloquer des apprenants plutôt qu’à les accompagner malgré les difficultés normales liées à l’exercice de la lecture en VO. En somme le format bilingue quoi que particulièrement riche et utile n’est pas forcément un bon démarrage pour la lecture en VO tant il ne sera pas exempt de difficultés ; dont certaines se situeront au-delà même d’un niveau de langue donné.

En bref, le format bilingue constitue un excellent outil d’amélioration mais, de par son statut hybride, comportera aussi son lot de difficultés spécifiques. Ne vous découragez donc surtout pas dans vos lectures (quitte à sauter un paragraphe, d’ailleurs).

Et vous alors ?! Utilisez-vous des supports bilingues pour améliorer votre lecture dans votre langue visée ?! Dîtes-nous tout dans les commentaires de cet article !


Si cet article vous a intéressé, merci de nous suivre, aimer et partager afin que d’autres puissent en bénéficier.

Le format bilingue un format vraiment particulier ! #Langues #Compréhension #Autodidacte #LectureVO #livresbilingues

Bon apprentissage à vous,

Matthieu – Rukmal – P

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s