|Audiovisuel| Séries en VO : « les sous-titres sont mauvais mais…?! »


Aujourd’hui on se penche sur le fameux débat bien connu autour de l’utilisation des séries TV dans l’apprentissage des langues : Avec ou sans sous-titres ?! Alors, les sous-titres sont-ils une option intéressante ?! On en parle !


« Avec ou sans sous-titres, un vrai débat ? »

.

En fait, tout dépend de vos objectifs !


On ne va pas s’en cacher, les séries en VO constituent une ressource extrêmement précieuse pour ce qu’il en va de son amélioration en langues et notamment sur le plan de la compréhension, bien entendu. Autant d’un point de vue technique que motivationnel, d’un point de vue quantitatif que de la flexibilité/disponibilité, ce type de ressources constituera clairement un immanquable pour un apprenant ou un autre… Dès lors, se posera légitimement l’inévitable question quant à l’activation ou non des fameux sous-titres lors du visionnage d’une série ou d’une autre.

D’ordinaire, on s’accordera au moins sur le fait de n’activer en aucun cas des sous-titres dans sa langue maternelle tant ceux-ci viendront clairement limiter l’assimilation d’un peu près tous les aspects dans votre langue visée. Autant sur l’oral que sur l’écrit d’ailleurs. Néanmoins, s’il est clair que ce petit débat autour des sous-titres aura clairement de quoi pousser les uns dans un camp ou dans un autre, la réalité restera finalement bien plus simple que cela ; tant au bout du compte, cela dépendra simplement des objectifs poursuivis réellement. Ainsi, la où le spectateur aura sûrement intérêt à activer ces derniers, l’apprenant lui, aura plutôt intérêt à s’en passer ou bien à apprendre à s’en passer.   

Vous l’aurez sûrement deviné mais sur Langues d’Ailleurs nous ne sommes également que très peu enthousiasmés par l’activation des sous-titres en VO lors d’un visionnage. Bien que celle-ci puisse disposer de certaines vertus indéniables, il apparaît qu’en proportion celle-ci fasse plus de mal que de bien à l’amélioration de son niveau de langues. Au bout du compte, il est clair que les sous-titres auront une fâcheuse tendance à limiter le développement réel de votre compréhension orale tout en ralentissant beaucoup le processus d’amélioration (limitée) de cette même aptitude. Certes, mais pourquoi ?!

En bref, l’activation ou non des sous-titres est, comme à l’accoutumée, soumise à ce que vous souhaitez réellement développer pour votre futur niveau de langues.

.

« Les sous-titres en VO, les gros hics ! »

.

Pour l’oral, un outil vraiment très discutable !


En premier lieu, rappelons que les sous-titres, comme d’autres éléments, resteront soumis à une kyrielle de choix et d’obligations liés à leurs conceptions mêmes. Ceci passant autant par les écarts manifestes entre un dialogue et son sous-titre que par la simple taille de l’écran et donc des nécessités de tronquer telle ou telle retranscription. D’ailleurs, ces écarts obligatoires sont tellement vastes que le fait même de vouloir les lister semblerait bien présomptueux.
Autant se le dire donc, et un peu à l’image de la traduction par ciblage des formats bilingues, trouver un sous-titrage parfaitement conforme aux dialogues prononcés dans une série (hors scripts) ne sera finalement pas si fréquent que cela. Un premier paradoxe se pose bien puisque si de tels écarts pourraient finalement être perçus par un apprenant donné c’est bien que sa compréhension orale serait suffisante pour le faire ; ceci rendant donc le sous-titrage relativement superflu, n’est-ce pas ?!

Dans un second temps, on notera essentiellement  le fait qu’un sous-titrage ne pourra jamais réussir à rendre compte, et encore moins avec précision, de la présence massive de tous les phénomènes phonétiques. Ces derniers étant extrêmement nombreux, voire infini, un sous-titre sera donc toujours exempt de tous ces phénomènes propres de la langue orale. Une réalité donnant beaucoup de tort à celles-et ceux qui se baseraient sur le fait de mettre systématiquement en lien un terme isolé (via le sous-titre) et sa prononciation entendue au même moment. Effectivement, la réalité sera qu’il est tout simplement impossible de se baser là-dessus tant il n’y a aucun moyen de savoir précisément si le terme entendu réellement dans tel ou tel dialogue sera prononcé de la manière la plus « standard » possible »/réutilisable plus largement.
L’exemple le plus évident étant bien sûr le fait des voyelles longues en anglais qui pourront être entendues comme telles alors que, dans le dialogue donné, le personnage aura simplement mis une emphase verbale sur un terme ; ceci engendrant donc du point de vue de l’écoute pure la possible appréhension d’une fausse voyelle longue donc (avec répétition de cette erreur par la suite et dans d’autres contextes donc) … 

Enfin, le dernier grand point négatif renverra très clairement à la division de l’attention certaine générée par le simple fait de devoir lire les sous-titres en VO. Evidemment, on constate aisément que les apprenants auront une sacrée tendance à davantage lire les sous-titres qu’à tendre l’oreille afin de percevoir de mieux en mieux les différents sons de la langue.  Par expérience et par écho, on se rend compte donc que d’une certaine forme de béquille on se dirigera davantage vers une certaine forme d’illusion quant au développement de sa compréhension orale ; ceci autant pour ce qui à trait à  la série en elle-même que pour ce qui se situera en dehors d’elle, bien entendu.

En bref, et malgré les difficultés indéniables, il vraiment peu judicieux d’activer les sous-titres si vous souhaitez développer votre compréhension orale via une ou plusieurs séries TV. Leur présence ne contribuera que très peu au développement de vos capacités.

.

.

« Jouer avec Les sous-titres en VO, la meilleure option !»

.

Au bout du compte, soyez ingénieux !


Comme nous l’avons vu, bien que de manière non exhaustive, le constat tombe sans appel : activer des sous-titres reste globalement très mauvais pour le développement de votre compréhension orale. Alors, pourquoi donc s’entêter avec cette question si nous en connaissons déjà la réponse ?! Eh bien, et à l’inverse, personne ne saurait nier le fait que les sous-titres puissent disposer d’un caractère rassurant et donc d’un certain impact sur le plan psycho/socio/environnemental en l’occurrence…Certes mais alors quoi faire ?!
De ce point de vue-là, il est clair qu’il s’agira surtout d’apprendre à utiliser, à jouer avec cette option de visionnage qui comme son nom l’indique restera bien une « option ». Le but se situant davantage dans le fait de bénéficier potentiellement des deux aspects à la fois : l’amélioration réelle et une certaine forme de confort de visionnage. 

À ce titre, et bien qu’il soit possible d’y aller à la dure (sans sous-titrage du tout), on observera plusieurs pistes utiles afin de ne pas devoir véritablement tronquer l’un ou l’autre des aspects. La première résidera dans le fait de ne pas activer tout le temps les sous-titres ; ceci en préférant d’abord une écoute pure puis en repassant l’audio donné avec le sous-titrage adéquat par exemple. La seconde piste notable renverra au fait de ne pas activer systématiquement les sous-titres en fonction précisément du contenu regardé. Dès lors, il s’agira de se poser soi-même cette limite en choisissant le visionnage de certaines séries (souvent plus avancées) avec ces derniers, tout en choisissant de ne jamais les activer pour des contenus plus accessibles (en fonction de votre niveau donc).

Enfin, une troisième piste assez intéressante à prendre en compte concernera le fait d’utiliser des sous-titres dans une autre langue que la langue maternelle ou la langue visée. Cette dernière aura le mérite de vous permettre de suivre le fil sans être tenté, à chaque instant, de vous reposer sur l’écrit en VO en l’occurrence. Par ailleurs, ceci permettra aussi de mettre de la distance vis-à-vis de certains des réflexes provenant de votre langue maternelle ; ceci afin de mieux appréhender les nouveaux automatismes qu’il conviendra d’assimiler dans la langue que vous visez actuellement.

En bref, il s’agira surtout d’apprendre à jouer avec la possibilité d’activer ou non les sous-titres afin de s’assurer d’une meilleure amélioration ; même si toujours progressive. Soyez malins !

Et vous alors ?! Utilisez-vous les sous-titres notamment lors de vos visionnages de séries en VO ?! Dîtes-nous tout dans les commentaires de cet article !


Si cet article vous a intéressé, merci de nous suivre, aimer et partager afin que d’autres puissent en bénéficier

Jouer avec les sous-titres pour mieux s’améliorer en langues ! #langues #séries #Tvshows #listening #autodidacte

Bon apprentissage à vous,

Matthieu Rukmal P | Langues d’Ailleurs |

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s