|R&D| Le niveau intermédiaire : « ce niveau qui n’existait pas »


Aujourd’hui, nous nous penchons sur une question qui revient assez souvent dans la progression : le niveau intermédiaire et ses particularités. Il est clair que beaucoup d’apprenants peuvent se sentir bloqués arrivés à ce niveau. Le niveau intermédiaire certes ! Mais de quoi on parle au fait ?! ?! On en parle !


« Le niveau intermédiaire : la réalité d’un mythe pédagogique »

.

Un niveau ?! Réellement ?! Vraiment, vraiment ?!


Entrons directement dans le vif du sujet si vous le voulez bien. Après tout qui dit « niveaux » dit aussi « critères », n’est-ce pas ?! Si les critères d’évaluations ont et auront toujours le vent en poupe il va sans dire que leur pertinence sera, elle, toujours sujette à caution. Malheureusement pour ce très cher niveau intermédiaire dirons-nous, tant il est vrai que les critères permettant de le suggérer ressemblent à s’y méprendre à une vaste combinaison d’arbitraire plutôt qu’à l’émission de véritables données…
Que cela produise de soi-même pour soi-même ou bien par l’entremise d’un tiers, le niveau intermédiaire ressemble davantage à un véritable fourre-tout duquel on aurait bien du mal à se sortir certaines fois. Nous ne nous en cacherons pas, le niveau intermédiaire restera clairement soumis à la vision de plus en plus subjective des uns ou des autres et, n’en déplaise au barémistes/examinateurs les émissions de diverses notes, annotations et autres petits commentaires en tout genre auront surtout le don d’engendrer de sacrées doses de frustrations et de découragements ; jusqu’à même amener son lot de stagnations voire même d’abandons.

Des éléments très subjectifs disions-nous tant ces derniers porteront tantôt sur des questions phonologiques, la présence d’un lexique plus ou moins conséquent, la rapidité d’élocution tantôt sur la spontanéité du discours…ce genre d’éléments dont l’importance se trouvera être finalement bien changeante en fonction de la vision des uns ou des autres. Mais alors pourquoi un tel niveau est aussi présent jusqu’à ce que même certains puissent se « l’(auto)étiqueter » ; et quand bien même ces derniers se situeraient pourtant très loin de tout contexte académique ?!

La réponse est finalement assez simple car on constera avec une certaine amertume qu’il ne s’agira de rien sauf de participer consciemment à l’extension d’une gamme de produits de la marque « Académique » ; quoique cette dernière se retrouvera bien entendu sertie, signée et paraphée d’un sceau immaculé d’agrégé au patronyme soi-disant émérite.  Mais en regardant de plus près qu’avons-nous réellement ? Qu’y trouvons-nous ?! Un énième « fullfill the blank » mettant cette fois en scène une structure de grammaire plus complexe. Un énième exercice de conjugaison quoique mettant en scène un temps verbal plus « élaboré »/rare. Un énième exercice sémantique seulement légitimé par le remplacement de « chien & chat » par « canidés & félins »…  Pour prolonger une gamme c’est clairement plutôt réussi mais pour ce qui à trait, cette fois, à la progression et à l’application…

En bref, je suis navré de contribuer à émietter une modélisation soi-disant si parfaite. Mais, le constat tombe sans appel tant le niveau intermédiaire n’existe clairement pas !

.

 « Le niveau intermédiaire : un niveau déjà avancé »

.

Deux niveaux similaires dans le fond mais différents dans la forme


Nous avons déjà pris le temps de mentionner l’un des problèmes majeurs de la progression en langues au travers de la fameuse « zone de Débutance ». Comme vous l’aurez compris, et en toute logique donc, nous souhaitions compléter l’information en abordant certainement ce qui constituera le paroxysme de la logique académicienne : le fameux niveau intermédiaire. Comme son nom l’indiquerait, le niveau intermédiaire aurait de particulier qu’il constituerait un véritable entre-deux ; entre les niveaux dits « débutants » et « avancés ». Si l’on ne trouvera rien à redire du point de vue de la cohérence du terme choisi, il n’y a bien que cela qui fonctionnerait un tant soi peu. Effectivement, le niveau intermédiaire n’est pas un entre-deux mais bien un « un peu des deux ». C’est-à dire ?!

La principale raison des blocages massifs ressentis aux abords de ce stade se situera précisément dans la difficulté légitime que peut constituer le fait de quitter des ressources d’apprentissages. D’un côté les ressources d’apprentissages apparaîtront comme plus ou moins dépassées et, de l’autre, les ressources authentiques apparaîtront prétendument comme encore inaccessibles. Dès lors, il serait donc tentant de répéter le processus pédagogique classique en se saisissant de ces mêmes ressources pédagogiques quoique intitulées désormais « pour B1/B2 ». Malheureusement, les ressources pédagogiques resteront factices et artificielles et n’ouvriront jamais sur vos aptitudes à utiliser réellement la langue donnée. 

En y regardant de plus près, on constatera aisément que le niveau intermédiaire aura bien du mal à sortir du bocal académicien ; à trouver une quelconque correspondance en situation réelle. En effet, il sera très complexe de rentrer dans un bar et d’annoncer à vos amis « Ok ! On converse/discute mais à un niveau intermédiaire ! ». Ceci n’aurait tout simplement aucun sens et la conversation en question sera en fait la même dans le fond. Un autre exemple classique concernera nos chères séries TV car il est clair que si vous tenter de regarder une série en VO celle-ci ne va pas se modifier en fonction de votre niveau ; l’épisode est et sera tout bonnement le même ! Vous regardez bien le même épisode !
Dès lors, concluons par le fait le plus simple : le niveau intermédiaire traduit des possibilités/difficultés à utiliser la langue dans des situations diverses mais réelles sans néanmoins disposer de situations/ressources particulières/liées exclusivement à ce même niveau.      

En bref le niveau « intermédiaire » et « avancé » dans leurs fondements reste bien les mêmes. Seules les facilités/difficultés à pouvoir utiliser la langue dans ces mêmes  situations seront elles grandement variables. Et c’est bien sûr cela qu’il s’agit de travailler !

.

.

« Le niveau intermédiaire : une démarche plus qu’un niveau »

.

La démarche induco-hypothético-déductive


Comme vous l’aurez compris, le niveau intermédiaire est plutôt « une affaire de façon de travailler », de façon de continuer à progresser/s’exercer plutôt qu’un niveau en tant que tel ; au sens où celui-ci amènerait à l’émission de ressources/contenus dédiés. Bien au contraire, les ressources intermédiaires sont, dans leurs fondements, très largement identiques aux ressources dites avancées : Romans, Séries TV, Conversations…

À ce titre, on observera donc que la grande différence entre le niveau intermédiaire et le débutant/faux-débutants résidera surtout dans le fait d’inverser la proportion entre ressources pédagogiques d’une part et authentiques de l’autre. Ces dernières constitueront encore plus qu’avant la véritable matière, le véritable support qui vous permettra de continuer à apprendre, de consolider et/ou de mettre en avant les points qui seraient à aborder/revoir. La particularité du niveau intermédiaire étant alors davantage liée au fait de ne plus apprendre « comme cela« . Au contraire il s’agira bien de partir systématiquement du terrain afin de filtrer (jusqu’aux notions éventuelles de cours) les éléments de langues qui vous font peut-être encore défaut à l’heure actuelle.

Autant se le dire, voilà la raison principale des stagnations/démotivations liées au niveau intermédiaire tant, très souvent, celle-ci sera à situer du côté d’un non-changement dans la manière d’apprendre/consolider les choses. Ceci en restant trop souvent bloqué dans la logique d’apprentissage pédagogique classique. Beaucoup trop classique et artificielle et a fortiori arrivé à ce stade !

En bref, au niveau intermédiaire il s’agira de ne plus utiliser  de ressources pédagogiques de manières directe ! Il s’agira, plus qu’avant, de les reprendre concrètement  lorsque et uniquement lorsque le besoin s’en fera sentir réellement. Preuve à l’appui d’une certaine manière !

.

« Le niveau intermédiaire : ambitieux mais pas gourmands »

.

Flexibiliser vos ressources authentiques…


Comme vous l’aurez compris, le « niveau intermédiaire » ne fait pour autant par l’impasse sur des difficultés bien spécifiques. Celles-ci étant bien entendu liées au haussement net du niveau de langue nécessaire pour parvenir, désormais, à réussir telle ou telle tentative. Et oui s’il est aisé de réciter ses verbes à l’imparfait au sein de la leçon prévue à cet effet, il sera beaucoup plus complexe de le faire pour un verbe d’une phrase au sein d’un ensemble beaucoup plus vaste…Sur ce point aucun doute…

C’est bien pour cela qu’il s’agira de rester mesuré dans l’utilisation de vos ressources authentiques devenant désormais vos ressources principales d’apprentissage. S’intéresser à un paragraphe plutôt qu’à une page d’un roman, tenter de comprendre à 100% une scène donnée plutôt que de suivre « globalement » un épisode dans son entiereté sont deux exemples de changements intéressants une fois arrivé à ce niveau. Réaliser des petits énoncés en production plutôt que de répondre en « phrase par phrase » (même sur des propos plus simples), « pick up une vidéo random » sur Youtube pour un exercice de compréhension spontané…vous n’avez que les limites de votre imagination pour adapter ces ressources à vos possibilités actuelles. Alors ne vous en privez pas !

Car oui, encore une fois, il s’agira surtout de ne pas répéter inlassablement le processus pédagogique sous peine, dans le meilleur des cas, de stagner au plus haut point. Vous n’êtes plus débutants maintenant et sans en faire tout un fromage, vous avez déjà clairement réussi à passer cette étape ! Alors, et malgré les diverses imperfections, soyez simplement content de vous et continuez comme cela ! 

En bref, il s’agira bien de privilégier les ressources authentiques tout en tenant compte de vos capacités actuelles. En jouant sur différentes modalités, les ressources authentiques ne seront plus si inaccessibles que cela ! D’ailleurs, vous venez de quitter « la zone de Débutance » et rien que pour cela :  un grand bravo à vous !


Et vous alors ?! Avez-vous des remarques sur le niveau intermédiaire ?! Que faîtes-vous pour continuer à progresser ?! Dîtes-nous tout dans les commentaires de cet article !


Si cet article vous a intéressé, merci de nous suivre, aimer et partager afin que d’autres puissent en bénéficier

Zoom sur Le niveau intermédiaire! On en parle ! #langues #techniques #organisation #motivation #autodidacte #ressources #progression

Bon apprentissage à vous,

Matthieu Rukmal P | Langues d’Ailleurs |

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s