|R&D| Faut-il apprendre…les couleurs ?


Avec la montagne d’informations et de lexique à apprendre il peut être difficile de s’y retrouver. On se penche donc aujourd’hui sur l’un des champs sémantiques iconiques de l’apprentissage en langues : celui des couleurs. Alors, les couleurs… Faut-il les apprendre ?! On en parle !

.

Dans cet article

.


« Les champs sémantiques basiques : on zoom dedans  »

.

Seulement pour mieux dire les choses ?!


Lorsque l’on penche aux champs sémantiques classiques (couleurs, animaux, formes…) on pensera en premier lieu aux gains potentiels en termes de descriptions (en production et en compréhension). Souvent ces catégories seront présentées comme des immanquables et leur apprentissage se trouvera être justifié par les seules questions de nuances et de corrections qu’il faudrait nécessairement avoir pour son niveau global ou bien pour « gonfler » son stock lexical.

À travers différents articles nous essaieront donc de zoomer sur plusieurs de ces champs sémantiques dits « classiques » pour mieux mesurer leur impact et donc la nécessité pour les apprenants de devoir les apprendre. Car nous le savons bien, il s’agira d’une nécessité…

| ► …impliquant de facto, et comme toujours, une dose de temps et d’effort supplémentaire que personne ne saurait négliger.  

Bien entendu, le champ sémantique des couleurs n’échappe pas à la règle tant il sera présenté dans un nombre incalculable de ressources toutes plus diverses les unes que les autres. Du livre de méthode jusqu’aux applications de type SRS en passant par les « tops » et autres « mémos de vocabulaire ». Alors les couleurs sont-elles si importantes/impactantes que cela pour votre progression ? Sans trop de spoiler la réponse sera en l’occurrence : Oui ! Mais pour quelles raisons en réalité ?  

|► Retour au sommaire ICI

En bref, il est clair que  l’apprentissage des champs sémantiques classiques vous permettra déjà d’un peu mieux préciser les choses. Mais la finalité descriptive et « l‘aspect langue correcte » qui en découlent ne sont en fait que la partie émergée de l’iceberg ! Enfin, pour certaines catégories tout du moins…

.

« Les couleurs : des périphrases et des questions »

.

Pas encore le bon mot ? Pas de panique !


Augmenter le potentiel de description a bien d’autres utilités que le seul fait des « belles » phrases. Effectivement, et outre le gain en précision et en nuances envisageable, la mémorisation de certaines couleurs vous sera d’une grande aide lorsqu’il s’agira de vous faire comprendre. Qu’il s’agisse de périphrases ou bien de questions plus précises, il va sans dire que votre interlocuteur vous comprendra d’autant mieux que vous parviendrez à les utiliser.

« Je n’aime pas ce truc vert au-dessus » en face d’un plat au restaurant et l’on comprendra que vous n’aimez pas ce truc vert au-dessus ; ceci sans connaître le mot « ciboulette » ou « herbe de Provence » par exemple. De la même manière si vous connaissez le mot « chapeau » et le mot « vert » vous pourrez dire «…le chapeau vert » sans avoir besoin de formuler d’autres noms comme « une casquette » ou « un béret » ; c’est-à-dire sans devoir nommer réellement et clairement l’objet spécifique dont vous souhaiteriez faire mention.

|► On le voit bien, la compréhensibilité au sens stricte s’en retrouve en fait décupler tout en faisant l’économie de bon nombre d’autres termes plus spécifiques, dirons-nous.

Par ailleurs, et en reprenant notre « ciboulette », l’accès aux coloris vous permettra de préciser souvent mieux votre question afin d’aller cherche un mot chez votre interlocuteur. En disant « quel est ce truc ? » il y a peu de chance que l’on voit de quoi vous êtes en train de parler. À l’inverse, « quel est ce truc vert ? »  et votre interlocuteur comprendra de suite ce que vous cherchez. Libre à vous d’intégrer alors le(s) nouveau(x) terme(s) dans votre lexique général.

|► Retour au sommaire ICI

En bref, la mémorisation des couleurs sert aussi à éviter de se confronter aux pannes de lexiques au sens stricte tout comme d’aller interroger plus facilement votre interlocuteur sur la réalité d’un mot que vous souhaiteriez désormais acquérir.

.

.

« Les couleurs : les expressions & images »

.

Vers des expressions et des images


Si la mémorisation des couleurs est aussi indispensable c’est aussi car ces dernières sont très largement utilisées dans bon nombre d’expression et de comparaisons plus ou moins imagées donc. Un constat vrai dans toutes les langues et donc autant utile du point de vue de votre compréhension que de votre production.

En nous basant sur la langue de Molière on ne cessera, en s’y penchant un peu, de constater l’omniprésence de ces divers coloris dans nos phrases quotidiennes. « Du vert de peur » jusqu’au « tu est devenu tout rouge (timidité/ gêne/ colère) » et en passant par l’ensemble de la signalétique routière…. Il va  sans dire que les emplois et réemplois sont en réalité on ne peut plus vastes. Une étendue particulièrement prononcée nécessitant…

|► … la mémorisation de quelque chose qui, finalement, restera on ne peut plus accessible (y compris pour les débutants donc).

Bien entendu, il serait difficile de transposer ce genre d’expression littéralement dans une autre langue car ces mêmes conventions varieront sensiblement d’une langue à l’autre. En revanche, là où les choses deviennent intéressantes, c’est bien lorsque l’on constate que même si ces expressions ne seront que rarement transposables à l’identique, les couleurs utilisées, elles, resteront souvent comprise dans un ensemble de terme assez restreint finalement.
Ainsi, il est possible que dans votre langue visée il n’y ait pas « vert de peur » mais peut-être « violet de peur » par exemple (fictif). On constate donc que…

|► … malgré les différences à l’application, le nombre de coloris à assimiler restera, lui, en tout et pour tout : le même.

|► Retour au sommaire ICI

En bref, le fait de nommer les couleurs vous permettra également d’accéder à diverses expressions/images améliorant donc votre compréhension et votre expressivité en production notamment.

.

.

« Les couleurs : un seul pool de mots »

.

Presque toujours les mêmes coloris


Comme nous l’avons vu tout au long de cet article, le champ sémantique des couleurs a de vraies utilités pour un apprenant en langues. Bien que celui-ci devra malgré tout être filtré (nul besoin d’apprendre l’entièreté des nuances et dégradés de la roue chromatique), on se rend vite compte qu’un seul pool de mots restera amplement suffisant pour bénéficier d’un ou plusieurs des effets listés plus haut. Ceci indépendamment de la langue que vous souhaitez apprendre qui plus est.

Aussi, nous pouvons affirmer qu’un pool de 10 termes +1, de 10 couleurs distinctes, sera amplement suffisant pour ce qu’il en va de la mémorisation tout en disposant, bien entendu, d’une étendue très très, très vaste par la suite. Pour les apprenants, voici donc la liste de ces fameuses couleurs principales :

| ► Couleur (le terme signifiant « couleur » dans votre langue visée)

  • Bleu
  • Rouge
  • Jaune
  • Vert
  • Orange
  • Marron
  • Rose
  • Violet
  • Blanc & noir

Pour le reste des coloris et des nuances de teintes (magenta, cyan…), il s’agira bien entendu de faire marcher votre induction personnelle afin de toujours filtrer votre vocabulaire.  Entendons par là qu’il s’agira de compléter, si vous le désirez, ce champ sémantique en fonction des besoins réels en compréhension et/ou en production. Ainsi, c’est bien lorsque vous verrez le nom de tel ou tel coloris dans une phrase réelle que vous vous pencherez sur la mémorisation potentielle de ce dernier.
Dans le même ordre d’idée, les centres d’intérêts que vous avez vous indiqueront les termes à mémoriser en plus à l’image des afficionados du sport et des JO qui auront certainement beaucoup d’intérêts à se pencher sur « bronze, argent et or/doré » ; ne serait-ce que pour parler des derniers médaillés…vous avez bien compris le principe.

|► Retour au sommaire ICI

En bref, il est clair que l’avantage de ce champ sémantique résidera principalement dans la mémorisation d’un nombre d’entrées restreintes quoi qu’en disposant d’une étendue très vaste derrière. Un immanquable et d’autant plus que cela fonctionnera peu importe la ou les langues qui vous intéresseraient.

.

Et vous alors ?! Avez-vous des remarques sur la mémorisation du vocabulaire ?! Avez-vous appris ce champ sémantique ?! Dîtes-nous tout dans les commentaires de cet article !


Si cet article vous a intéressé, merci de nous suivre, aimer et partager afin que d’autres puissent en bénéficier

Faut-il apprendre les couleurs ?! #langues #vocabulaire #organisation #autodidacte #ressources #conseils #méthodologie

Bon apprentissage à vous,

Matthieu Rukmal P | Langues d’Ailleurs |

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s